L’Ecoute . Thich Nhât Hanh

 

 » Écouter est peut-être le plus beau cadeau que nous puissions faire à quelqu’un …
C’est lui dire: tu es important pour moi, tu es intéressant, je suis heureux que tu sois là.

Écouter, c’est commencer par se taire… Avez-vous remarqué combien les dialogues sont remplis d’expressions de ce genre :

« C’est comme moi quand… » Ou bien : « Ça me rappelle ce qui m’est arrivé,… »

Bien souvent, ce que l’autre dit n’est qu’une occasion de parler de soi.

Écouter, c’est commencer par arrêter son petit cinéma intérieur, son monologue portatif, pour se laisser transformer par l’autre.

C’est accepter que l’autre entre en nous même comme il entrerait dans notre maison et s’y installerait un instant, s’asseyant dans notre fauteuil et prenant ses aises.

Écouter c’est vraiment laisser tomber ce qui nous occupe pour donner tout son temps à l’autre.

C’est comme une promenade avec un ami, marcher à son pas, proche mais sans gêner, se laisser conduire par lui, s’arrêter avec lui, repartir, pour rien, pour lui.

Ecouter ce n’est pas chercher à répondre à l’autre, sachant qu’il a en lui même les réponses à ses propres questions.

C’est refuser de penser à la place de l’autre, de lui donner des conseils et même de vouloir-le comprendre.

Écouter, c’est accueillir l’autre avec reconnaissance, tel qu’il se définit lui même sans se substituer à lui pour lui dire ce qu’il doit être.

C’est être ouvert positivement à toutes les idées à tous les sujets, à toutes les expériences, à toutes les solutions sans interpréter, sans juger, laissant à l’autre le temps et l’espace de trouver la voie qui est la sienne.

Écouter ce n’est pas vouloir que quelqu’un soit comme ceci ou comme cela, c’est apprendre à découvrir ses qualités qui sont en lui spécifiques.

Être attentif à quelqu’un qui souffre, ce n’est pas donner une solution ou une explication à sa souffrance, c’est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son propre chemin pour s’en libérer.

Apprendre à écouter quelqu’un, c’est l’exercice le plus utile que nous puissions faire pour nous libérer de nos propres détresses…

Écouter c’est donner à l’autre ce que l’on ne nous a peut-être encore jamais donné : de l’attention, du temps, une présence affectueuse.

C’est en apprenant à écouter les autres que nous arrivons à nous écouter nous-mêmes, notre corps et toutes nos émotions, c’est le chemin pour apprendre à écouter la terre et la vie, c’est devenir poète: c’est-à-dire, sentir le cœur et voir l’âme des choses.

À celui qui sait écouter est donné de ne plus vivre à la surface: il communie à la vibration intérieure de tout vivant. »

Thich Nhât Hanh

( Moine bouddhiste vietnamien , militant pour la paix )

 


 

Om (AUM) , le Mantra des Mantras, la vibration originelle

C’est le son primordial, universel, à l’origine de la création . Source du commencement des temps, il contient tout ce qui a été, est et sera.
C’est le mantra le plus précieux et le plus important qui soit . On le retrouve dans les textes sacrés de l’Inde ( Védas, Upanishads, textes tantriques ) . Il est souvent comparé à la flèche dont la pointe est la pensée traversant les ténèbres de l’ignorance pour atteindre la lumière .
Tous les sons qui existent proviennent de ce son . Il est pour l’Inde la vibration originelle dont provient l’Univers à travers le cycle infini du cosmos, avec une notion sacrée , divine.

C’est le son de la libération . Prononcé , il est puissant , il créé en nous une vibration intense qui nous ouvre , nous relie à l’Univers , et le son  terminé , s’installe alors en nous un grand silence , les pensées sont effacées , nous sommes en harmonie avec la conscience universelle , cette force vitale inhérente à la nature.

♦  Le « A » fait référence au Dieu de la création Brahma et représente le commencement. C’est le son fondamental.

Il se prononce la bouche ouverte sans aucun contact avec aucune partie de la langue et du palais .  Le son de la lettre « A » part de la cavité buccale, il est guttural.

♦  Le « U »( prononcé OU) fait référence au Dieu Vishnu , Dieu de la conservation et représente la continuité.

Il se souffle depuis la base de la plaque de résonance de la bouche jusqu’à son extrémité . Il représente exactement le mouvement de la force qui débute à la racine de la langue et vient finir sur les lèvres.
♦  Le « M » fait référence à Shiva , Dieu de la destruction et représente la fin avec la possibilité de renouveau.
Il correspond au dernier son de la série labiale car on le produit avec les lèvres closes. Il résonne dans la tête, il est comme une transcendance qui fait passer les énergies de la matière la plus dense , à la vie la plus subtile .

Prononcé correctement , AUM représente tout le phénomène de la production du son , ce que ne peut pas faire un autre mot . Il est le symbole naturel de tous les sons diversifiés.

Il libére une sensation de calme et de paix et les effets sont biens connus.Tout comme un exercice de Pranayama ( technique du souffle ) , il y a un allongement du souffle et notamment de l’expiration . Ainsi, il contribue à la détente et la recharge des énergies  . Il  agit sur toutes les régions du corps en permettant une harmonisation totale.

 » Le Prânayama, science et art du Prâna, est la Porte d’entrée par laquelle le yogi pénètre dans le corps subtil. . . Art du souffle, il apporte à l’organisme un abondant surcroît d’oxygène, y provoquant de subtiles transformations qui ont leurs répercussions sur toutes les fonctions somatiques. Il favorise au plus haut point le recentrage de l’attention et la concentration de l’esprit . Régulant pensées , désirs et actions , il procure à celui qui s’y adonne avec prudence et patience un remarquable équilibre , une profonde paix et une grande force de volonté … » ( François ROUX).

 

( Extrait de mon mémoire  » La Porte du Sacré  » Juillet 2015) .