Corps subtils , énergétiques de quoi parle t’on

Il est rare que je partage un article , mais celui-ci est très intéressant pour expliquer et comprendre les corps subtils . Il est paru dans « ESPRIT YOGA » du 27/02/2020 .

« Qu’est-ce que le corps subtil ? Selon la sagesse indienne, il s’agit d’une couche d’énergie qui recouvre le Soi. La compréhension profonde de la vie propose des réponses pour appréhender cette notion de corps subtil qui nous vient d’Orient. L’accès à la dimension invisible et subtil rebattrait les cartes de notre existence, en nous conduisant vers plus de bonheur et de santé.

Le corps subtil d’Adi Shankara (788-820) à Deepak Chopra

Adi Shankara a été l’un des enseignants les plus influents de la philosophie du yoga et des Veda. Par son analyse des couches de vie qui masquent l’essence, le Soi, il renouvela la science védique. Il nous lègue : « Le Soi est recouvert par les cinq gaines, elles-mêmes causées par le pouvoir d’ignorance… Connais le Soi, qui est distinct du corps et de toute forme, comme une tige d’herbe dans ses fourreaux foliacés… L’aspirant avisé doit s’appliquer à la discrimination (viveka) entre le Soi et le non-Soi. »

Pourquoi chercher à analyser cet amas d’énergie qui constitue l’individu ? A la racine de la distinction des couches d’énergie, il y a un dessein : dépasser l’illusion des agrégats du non-Soi, pour embrasser le Soi, seule Réalité absolue. Un moyen, selon Adi Shankara, de dépasser la souffrance enracinée dans le monde des phénomènes impermanents.

Le Dr Deepak Chopra se réfère aux enseignements d’Adi Shankar. Selon lui, le sage distinguait ainsi trois corps : le corps physique, le corps subtil et le corps causal. Le corps subtil est lui-même composé d’enveloppes secondaires :

.Manomaya Kosha : le corps mental qui stocke nos impressions sensorielles. Les expériences des sens sont gravées dans cette couche d’énergie. Le mental peut traverser différents niveaux de conscience et les usages des sens évoluent en conséquences.

.Buddhimaya Kosha : l’intellect, la dimension de l’esprit qui choisit. Cette enveloppe rassemble les informations fondées sur les croyances et les sentiments pour en déduire une décision. Dans le yoga, la fonction ultime de cette couche énergétique est la capacité à distinguer le réel et l’irréel.

.Ahankara : « ce qui forme le Je », l’ego, c’est ce que l’on veut projeter vers soi et vers le monde. Il est constitué de nos identifications à notre rôle, notre position sociale, nos biens matériels, notre identité dans la société.

Se retrouver dans les nuances du corps subtil exposé par la philosophie indienne n’est pas toujours simple.

Or, les enseignements du yoga ont conduit à une évolution de ce classement qui inclut maintenant dans le corps subtil, le Pranayama Kosha, qui est le corps de l’énergie vitale, du souffle de vie. Une enveloppe originellement classée dans le corps physique par Adi Shankara, l’énergie vitale étant intimement reliée aux organes vitaux. Enfin, Buddhimaya Kosha et Ahankara ont été regroupés sous une appellation commune, Vijnanamaya kosha, le ressenti de l’individualité.

Aujourd’hui investigué par les sciences quantiques, ce champ d’énergie conduit à de nombreuses théories modernes telles que le pouvoir de l’intention. Le Dr Nathalie Geetha Babouraj, médecin spécialisée dans la prévention et créatrice de l’Institut de Santé Intégrative nous éclaire sur ces enveloppes énergétiques explique-t-elle :

« A mes publics médecins ou scientifique, je dis que les corps subtils, ou énergétiques, sont en fait ce que nous sommes capables de ressentir. A l’intérieur de nous. Comme à l’extérieur de nous. Grâce à notre système nerveux sensitif, sensoriel et autonome. Nous connaissons bien le corps physique en médecine, et nous pouvons le conceptualiser à travers le système nerveux moteur, celui de l’action. Nous concevons aussi la psyché, avec notre corps mental, et le système nerveux analytique ». Le Docteur Babouraj nous explique que notre corps physique est pourvu des outils nécessaires au ressenti du corps subtil. Un postulat qui bouleverse le champ d’application de la médecine. Car elle va plus loin : « nous ne sommes pas qu’un corps avec une tête. Nous sommes beaucoup plus variés que cela. Et la physique quantique va dans ce sens. A l’échelle de l’infiniment petit, comme de l’infiniment grand, nous serions information et énergies qui circulent. ».

Marie-France Bel, auteure de l’ouvrage « Corps subtils – science et médecine », adopte un point de vue qui corrobore les propos du Dr Boubaraj. Selon elle, la physique, en découvrant le concept de vide quantique, décloisonne le champ de la science. Et si aucune conclusion scientifique n’a été pour l’heure pleinement plébiscitée en faveur d’une conscience universelle, animant l’énergie et la matière de l’infiniment grand à l’infiniment petit, la croisée des chemins entre science objective et sagesse ancestrale semble de plus en plus proche.

Cette ouverture trouve tout son sens au sein de la médecine qui, malgré un cadre législatif ferme, s’octroie quelques accointances avec les thérapies énergétiques. Des coupeurs de feu convoqués dans les hôpitaux pour soulager les grands brulés, des maitres reiki qui viennent à bout de douleurs chroniques, des rituels chamaniques pour aider des individus atteints de pathologie psychiatriques, sans parler de l’acupuncture et du yoga thérapeutique, prescris par le corps médical comme remèdes à divers maux. Que les sceptiques ouvrent grand leurs yeux, un vent de coopération entre médecine moderne et guérison par l’énergie commence à souffler. Et pour cause, la maladie physique serait le symptôme final d’un déséquilibre énergétique.

Toutes les maladies prennent racine dans le corps subtil

Au regard de l’Ayurveda, la maladie prend racine dans le monde subtil, par une imprégnation du corps causal, ou un déséquilibre du corps subtil. Une approche que la médecine moderne reconnaît à travers la notion de somatisation.

Le Dr Babouraj le confirme : « Dans les sagesses anciennes, tout être humain est supposé être en bonne santé. La maladie, si elle apparait, serait là pour lui indiquer un déséquilibre. En Ayurveda, le corps le plus essentiel, c’est l’âme. Quand nous nous éloignons de notre chemin d’âme, nous allons créer un déséquilibre. Qui va se ressentir par un coup de mou, une sensation de déconnexion globale. Puis ce déséquilibre va se propager dans le corps que j’appelle « expérimental » ou des ressources (vijnamayakosha). La personne va se sentir de plus en plus à l’étroit avec une perte de sens, des difficultés à rebondir sur les résistances de la vie, voire du stress chronique… Puis cela se manifeste dans le corps mental avec des ruminations automatiques, des pensées négatives en boucles ». C’est à ce moment qu’intervient le corps énergétique car c’est dans cet espace que se trouvent les fameux troubles psychosomatiques énergétiques en médecine.

« On ne sait pas trop ce que la personne a, poursuit le Dr Babouraj, tous les examens sont normaux. Pourtant le tableau clinique n’est pas à la forme. Et quelques mois après apparaissent des symptômes qui cette fois seront mesurables, quantifiables, et là seulement on lancera une prise en charge avec bilans et propositions de traitement. Mais on aura perdu plusieurs semaines voire mois ou années, en fonction de degré d’adaptation à la survie de la personne. Aujourd’hui, je pense que toute maladie a une origine psychosomatique. Oui, même une entorse de cheville, à priori purement physique. »

Les actes manqués relèveraient de ces rendez-vous ratés entre l’essence de l’être et sa forme. Qui n’a jamais vécu cette chute qui empêche l’aboutissement d’un voyage indésirable ? Et cette maladie qui survient alors que la pression professionnelle augmente et qu’une partie de nous a juste envie de tout laisser tomber ? Toutes ces manifestations dans le corps physique, viennent d’une dissonance entre les différents niveaux d’existence.

Fabien, aujourd’hui guide de randonnée et pratiquant assidu de yoga témoigne : « je ne m’écoutais pas vraiment, enfin pas les bons messages. Je m’obstinais à suivre une voie professionnelle qui m’amenait un grand confort financier, mais je me sentais de plus en plus fatigué, déprimé, avec la sensation de nager à contre-courant. Puis j’ai eu des petits rhumes, puis des angines, des infections des bronches, et tout ça prenait de plus en plus de temps à être soigné. Enfin, j’avais des tremblements en voiture avant d’aller travailler, des palpitations et mon médecin m’a arrêté soupçonnant un début de burn-out. J’ai vite réagi, guidé par ma prof de méditation. Et je me suis formé et j’ai changé de voie professionnelle afin d’accomplir un rêve de gosse même si ça allait déplaire à mon entourage. Depuis, tout semble être rentré dans l’ordre, j’ai retrouvé ma vitalité. Cette réalité du déséquilibre énergétique aura été très tangible pour moi. »

Vers la compréhension spirituelle de l’existence : un chemin intimement lié au corps subtil

L’intégration de la notion de corps subtil dans le quotidien conduit inexorablement à poser un regard spirituel sur le monde. Armanda Dos Santos est consultante en Ayurveda et professeure de kundalini yoga : selon elle, « la santé, l’équilibre physique, physiologique et psychique de l’individu est dépendant de l’harmonie entre son enveloppe grossière (le corps physique) et ses enveloppes suprasensibles, non perceptibles, qu’on appellera aussi « corps subtils », corps éthérique, corps astral, corps causal, chakras, centre Hara, kundalinî… et qui sont parcourus par des courants d’énergie, comme les nâdî en yoga, les Marmas en Ayurveda ou les Méridiens en acupuncture. »

Elle explique : « Je dirais ici que notre « développement spirituel » serait peut être la facilité, la maturité, la sagesse, dont on fait preuve pour faire face aux divers aspects de nous-mêmes (les enveloppes subtiles), à les améliorer s’il le faut, à les dompter si besoin… ou à juste les accueillir avec bienveillance et lâcher-prise lorsqu’on n’a toujours pas trouvé les clés pour les surmonter. Ces différents corps, sont interconnectés, et sont autant de couches, comme des peaux d’oignon, interdépendantes les unes des autres. Dans ces couches sont stockées des informations, des mémoires, de cette incarnation et de nos vies passées, de nos lignées maternelles et paternelles. Ce sont par conséquent des corps, des points chargés d’histoire, qui restent encore un profond mystère pour les espèces que nous sommes, et qui sommes-nous, au final, pour comprendre tout ce qu’ils représentent, tout ce qu’ils ont à nous enseigner, comment ils fonctionnent, s’influencent… c’est un grand mystère et une quête infinie ! »

Le chemin intérieur débute quand on émet le souhait de se connaître soi-même et de rencontrer tous les aspects de notre individualité. Appréhender puis maîtriser le corps subtil à travers la maitrise de la parole, de la pensée et du souffle permet de reprendre, progressivement, la responsabilité de qui nous sommes. C’est une démarche qui s’inscrit à l’échelle d’une vie entière.

Emilie, professeur de Hatha Yoga témoigne : « la prise en compte de mon champ d’énergie est devenue une évidence pour moi, dans ma pratique et dans ma vie de tous les jours. Agir, parler, penser avec cette conscience de ma globalité me rend partie-prenante de ma vie. Tout me paraît plus intense et plus vrai. Mes expériences de vie sont vécues depuis un point de vue plus large. Et surtout, j’ai plus d’intuition. » Mais alors, comment faire pour tourner son attention vers l’énergie subtile ?

« Nous, les femmes avons un trésor à revisiter en termes d’écologie intérieure de nos énergies »

« Nous, êtres humains, faisons partie intégrante de la nature. La nature est capable de s’auto-régénérer en permanence, à travers les cycles de la vie. C’est simple. Soit l’humain se coupe de la nature et il sera en sur-vie. Soit il décide de ré-intégrer sa part de nature à l’intérieur de soi et il sera en vie. Et il pourra réaliser son plein potentiel. Je pense que nous les femmes avons un trésor à revisiter en termes d’écologie intérieure de nos énergies. Nos cycles. Loin d’être une tare, ils sont notre véritable boussole intérieure pour préserver nos énergies, et savoir à quels moments être dans l’action et à quels moments être dans la régénération  » explique Nathalie Geetha Babouraj.

Ce qui compte est la qualité de présence et la consience avec laquelle on pratique

Il n’y a pas de solution miracle et se référer aux enseignements qui traversent les siècles semble être un choix pertinent. Pour Armanda Dos Santos, « les méthodes, protocoles, dépendent de ce que chacun est capable de pratiquer, de ce qui fait sens à la Nature de chacun : cela peut être à travers une pratique intensive de Yoga, de pranayama, à travers l’alimentation, à travers le chant de mantras… mais aussi à travers la danse, le jardinage, la marche, le silence… A mon sens, ce n’est pas tant la « pratique » ou la méthode choisie, mais la qualité de présence et la conscience avec laquelle on y est pendant la pratique. »

Sarah Leclerc .

Namaste.


 

Pourquoi respirer par le nez en Yoga

Les chakras :

Les bienfaits de la respiration par le nez

Respirer par le nez à l’inspiration comme à l’expiration développe de nombreux bienfaits :

🔹Les poils et les cils nasaux retiennent la poussière. Le mucus sécrété dans le nez empêche de nombreuses bactéries d’entrer dans l’appareil respiratoire,

🔹A l’inspiration la température de l’air se réchauffe grâce aux cils nasaux qui humidifie l’ air, le réchauffe et le filtre,

🔹Inspirer par le nez provoque également un effet régulateur sur le rythme cardiaque,

🔹A l’expiration l’étroitesse des diamètres des sinus crée une pression dans les poumons et permet un meilleur apport en oxygène,

🔹Respirer longuement sur plusieurs secondes purifie le sang et irrigue le cerveau,

🔹L’amplitude du souffle stimule le système parasympathique et entraîne un état de détente psycho-corporelle,

🔹L’apport important d’oxygène conjugué à l’élimination des toxines grâce à la transpiration permet un nettoyage profond du corps et un regard énergétique de tout notre être,

🔹Le frottement de l’air qui stimule les terminaisons nasales permet le contact avec Prana, l’énergie vitale,

🔹Le frottement de l’air en contact avec le nez et la gorge ainsi que la conscience posé sur le souffle condense le prana vers le yogi,

(Source : Caroline Boulinguez)

Prana ou l’énergie vitale

Prana vient du Sanskrit et signifie Energie Vitale.

Dans le Hatha Yoga Pradipika (un des livres les plus importants du Hatha yoga), le Pranayama (techniques du souffle) est décrit :

Dans ce texte le corps est considéré comme un espace rituel ; ce monde intérieur est éprouvé comme un reflet vivant du cosmos. L’axe de la colonne correspond au mont Méru considéré comme l’axe du monde. C’est dans cet espace médian, s’étirant entre terre et ciel que ruisselle le souffle de vie cosmique.

Ainsi les souffles présents dans l’homme sont-ils perçus comme autant d’aspect de la respiration universelle.

Le yoga coordonne la vie du souffle, de l’esprit, dans l’espace du corps maîtrisé et harmonisé

(Source : Colette Poggi) .

La circulation du Prana dans le corps

Dans la physiologie indienne le corps est parcouru d’un réseau de 72000 canaux au minimum dans lesquels circule en permanence Prana. Ces canaux sont appelés nadis (rivière, canne, ou courant en sanskrit).

Le croisement des nadis dans l’axe central se fait au niveau des centres énergétiques, ou Chakra (Roue en Sanskrit).

Les 3 principaux canaux sont Ida-Pingala et Sushumna :

Sushumna est le canal central sur lequel s’entrecroisent Ida et Pingala comme deux serpents qui remontent le long de la colonne vertébrale, à la manière d’un caducée.

Les points de rencontre des 3 canaux sont des espaces où l’énergie est la plus condensée. la force vitale s’anime au niveau des chakras qui tournent autour d’un centre constitué de vide. Les chakras lorsqu’ils sont activés régulent et transforment le prana qui circule à l’intérieur du corps.

Sushumna débute à la base de la colonne vertébrale au niveau de l’anus en épousant le circuit de la moelle épinière. Il remonte et sort par la fontanelle au dessus de la tête.

Le trajet d‘Ida part de la base de la colonne vertébrale à droite, et se termine par la narine gauche, l’air qui y circule est frais, Ida en sanskrit signifie rafraîchissement.

Pingala effectue le parcours opposé. Il prend naissance à l’extrémité gauche de la colonne vertébrale et aboutit à la narine droite. Pingala signifie couleur d’or. Ce courant d’énergie est lié à l’aspect masculin, à l’action. Sa tonalité est chaude, dynamique, en relation avec les éléments feu et air. il est en lien avec l’astre solaire.

(Source : Caroline Boulinguez)

Bonne pratique !


 

Surya Namaskar : la salutation au soleil

☀️S’incliner face à la lumière du soleil, lui rendre hommage, s’émerveiller chaque matin, se laisser toucher par la lumière.💫

Quel meilleur et plus gracieux moyen de réchauffer son corps qu’en faisant de cet enchaînement un véritable rituel ?

SURYA NAMASKAR

☀️ « Cela est la Lumière du soleil que nous choisissons
Nous méditons sur cette splendide divine Lumière,
Puisse notre méditation éclairer notre conscience.
Gayatri Mantra, Rig véda, III-62-10

☀️Un acte sacramentaire,
La plus célèbre de toutes les séries de mouvements, utilisée dans la majorité des écoles de yoga, est sans nul doute la Salutation au soleil (Surya namaskar : Sûrya, le dieu du soleil des Vedas ; Nam, s’incliner ; Kar, l’action). Cette notoriété prend sa source dans plusieurs causes : le salut à la Lumière est le plus ancien et le plus universel des actes rituels ouvrant à la dimension du sacré.
Dans la plupart des traditions, il existe le besoin physique et spirituel pour l’être humain de saluer au matin le retour du soleil qui dissipe la pesanteur des ténèbres. Sa lumière resplendit de beauté, de chaleur, rassure et apporte l’énergie magnifiant la vie.
Dans cette perspective, nous trouvons dans la tradition védique et brahmanique, le rite quotidien ancestral de l’Agni Hotra (offrande au feu sacrificiel) attesté depuis le IIe siècle avant notre ère. Il comporte, chaque matin, une dédicace au soleil et la récitation de la Gayatri mantra (invocation de la lumière). Cet acte sacramentaire est encore fortement pratiqué de nos jours.
☀️Pour les yogis, qui ont transposé ce rituel du salut dans un enchaînement de postures plus ou moins liées au Hatha yoga, le Surya namaskar constitue un hommage à la Lumière effectué par le corps, le souffle et le mental. Cette salutation est également une excellente préparation du corps et de l’esprit en vue des diverses pratiques du Hatha Raja Yoga. Traditionnellement, elle se réalise par répétition de douze enchaînements (12, 24, 36, etc.). Elle peut également constituer une forme de pratique complète qui pourra être suivie par une méditation sur la Lumière. »

Boris Tatsky


 

Un bel atelier Yoga Méditation & Danse

💫 Une magnifique journée remplie de belles énergies .

Immense gratitude ☀️

💫💥L’atelier de Dimanche a été une belle et lumineuse journée, riche de partage et de joie avec Dame Nature .

Yoga et Danse , un lien intime , complémentaire , riche et harmonieux , avec le même outil : le corps . Le dialogue est étroit entre, coordination, présence, instant présent, temps, énergie, espace, immobilité, mouvement, profondeur , légèreté, force, fragilité, se centrer , se décentrer , une alliance d’ harmonie entre Orient et Occident , entre Sacré et Profane.

Nous avons pratiqué , médité , dansé au plus près des énergies de la terre, dans l’ardeur de l’instant présent. 🌿

Nous avons médité en marchant, en conscience, attentifs à nos pas, à notre souffle. . . Inspir, Expir, dans toute la dimension de notre Etre . Tout est vibration, rythmes , sons , énergies.

Dans un cadre apaisant et bienveillant , nous avons partagé des nourritures un peu moins spirituelles mais oh combien gouteuses, confectionnées par les yogi et yoginis danseurs. Partages , échanges autour de la table .  😊

A très bientôt pour de nouvelles expériences .


 

 

 

Atelier Yoga Méditation et Danse le 11/01/2020

💫💥Ce sera une belle et douce journée de pratique du Yoga et de la Danse .
( les débutants sont les bienvenu(e)s dans l’une ou l’autre des disciplines ).

Yoga et Danse , un lien intime , complémentaire , riche et harmonieux , avec le même outil : le corps .
L’un se sert du corps vers la quête de l’esprit, l’autre pour la création artistique mais dans le même but de la conscience du corps physique, conscience du souffle ( Prana en sanskrit : de plus en plus long pour que l’énergie circule ) , même recherche de sa verticalité, allonger son axe dans un souci d’alignement vers le ciel , et sentir ses appuis sur la terre : une même dualité.

Le dialogue sera étroit entre, coordination, présence, instant présent, temps, énergie, espace, immobilité, mouvement, profondeur , légèreté, force, fragilité, se centrer , se décentrer , une alliance d’ harmonie entre Orient et Occident , entre Sacré et Profane.

. ✅ 🌱Dans la pratique du Yoga, de la méditation et de la marche méditative nous irons accueillir les énergies Yang qui commencent à émerger ( dynamisantes), et les équilibrer avec les énergies Yin (féminines, créatives) , dans une intention d’équilibre de nos polarités.

Lumière , joie , légèreté, instant présent, ardeur, seront le fil conducteur de la journée . Nous favoriserons les postures de » torsion » ( pour détoxifier , essorer les organes, créer de l’espace) des postures d’ouverture du coeur et des » kryas ( pratiques de purification, de nettoyage des organes internes).

.✅ 🌱Danser est une invitation à l’instant présent. Se reconnecter à son corps, à travers des intentions, des qualités, en pleine conscience de ses sensations et à toutes les dimensions de son être.
À travers les quatre éléments, je veux vous guider vers un chemin de lâcher prise, par le mouvement, par la danse.
La terre pour nous enraciner, le feu pour nous dynamiser, l’eau pour nous amener vers la fluidité et l’air qui nous donne de l’ampleur.
Nul besoin de technique particulière pour danser. Danser c’est exister! »

✔️Concrètement : Rendez-vous un peu avant 10 H ,et nous covoiturerons pour nous rendre au lieu qui nous accueille .
✔️Nous partagerons ensemble le déjeuner ( chacun chacune amène un petit quelque chose à boire et ou à manger) . L’atelier se terminera à 17H .
✔️Il s’adresse à TOUTES et TOUS , pratiquants des 2 disciplines ou pas.
✔️Le nombre de places est limité et il ne reste que quelques places , ne tardez pas à vous inscrire.( sur l’évènement et confirmation en MP pour le règlement ) . Vous pouvez nous contacter : au 06 89 85 48 24 Claudine Lalande ou 06 82 41 53 44 Aline Desbois .
Le tarif pour la journée est de 45 euros à joindre au moment de l’inscription .
Prévoir un tapis et des vêtements chauds et imperméables.
N’hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignements 😊🙏

 

 


 

Merveilleuse année 2020

💫 A la veille de cette nouvelle année , je vous souhaite le meilleur pour celle qui arrive, remplie d’Amour , de Gratitude , de Lumière , de Joie , de Paix .

💫 Se réjouir,

💫 Rêver

💫 Aimer

💫 Se nourrir du pire comme du meilleur,

 💫 Ouvrir son coeur

💫 Ouvrir ses yeux

💫 Ouvrir ses bras

💫 . . . Inspire , Expire , Respire

« Tout début a une fin, mais chaque fin est le début d’un nouveau départ « (S.Zeller)

Merci mes chèr(e)s yoginis , yogis pour cette année passée, pour votre confiance, pour , tout à la fois , vos rires et votre sérieux sur le tapis.

Santosha : le contentement

Accueillir

Et merci également à tous ceux qui me lisent, yogis ou pas .


Mes voeux de Noël yogiques

 

🌟L’année se termine et à  quelques jours de Noël je vous souhaite le plus beau, le plus doux des Noël 2019, empreint de Paix , de Joie, d’Amour , de gratitude , et de bienveillance.

🌟Et n’oubliez pas de revenir à l’instant présent , dans l’ci et le Maintenant , car c’est le moment le plus précieux qui apporte le bonheur . N’attendez pas , n’attendez plus  ce qui va arriver , mais permettez le.

🌟Faites ce que vous aimez et souvent , dans le renouveau et l’émerveillement, créez vos rêves , donnez de la couleur , des saveurs , de la fraicheur à votre vie .

 

 » Quoique vous puissiez faire, quoique vous rêviez, commencez le .

La hardiesse a du génie de la force et de la magie« 

Goethe

 

 

Une séance de Yoga en cadeau de Noël

🎀 Et si vous surpreniez vos proches, famille , amis , enfants , et tous ceux que vous aimez en offrant un cadeau de Noël original et qui fait du bien .

Je vous propose différentes formules de bons cadeaux pour débutants et ou yogis confirmés :

💫 1 Cours particulier à domicile ( 35 euros)

💫 1 séance ( 12 euros ) ou 5 séances ( 55 euros ) ou 10 séances ( 110 euros ) en  cours collectif

💫 1 Atelier d’une journée ( 45 euros – il y a 3 ateliers à venir dans l’année scolaire avec des thèmes différents )

💫 1 ou 2 ou 3. . . Ateliers Parents Enfants ( séance d’1h30 – 15 euros pour le binôme/ atelier)

N’hésitez pas à me contacter via le formulaire de contact sur le site 😊 🙏


Yoga et solstice d’hiver


✨Les jours raccourcissent, nous voici dans l’hiver , et nous cheminons doucement vers le Solstice d’Hiver le 21 décembre, vers l’obscurité croissante, la nuit la plus longue de l’année. Nous sommes alors dans la partie yin de l’hiver : il fait plus sombre, plus froid, comme nous invitant à nous retrouver en nous mêmes. 

🌿La nature, les arbres , et tout autour de nous , tout est comme endormi, ramenant l’énergie vitale dans les racines, ainsi nourries. C’est la saison de l’ économie de l’énergie, tout semble appauvri, comme pour semble t’il nous inviter à porter son regard intérieur sur l’essentiel, le cœur des choses, les éléments, . . .de nous-mêmes, juste observer , sans jugement. Se centrer sur Pratyara , le retrait des sens.  Le silence s’est installé pour mieux renaître, éclore, s’exprimer et nous inviter à un nouveau rythme plus doux , respectueux de nous même  en harmonie avec le tout. Lâcher le Faire pour aller vers l’Etre, ralentir, se poser, s’ancrer. L’énergie Yin s’est installée, douce , apaisante, lunaire, féminine.

🙏Méditer , s’immobiliser un instant, abaisser son regard ou les yeux fermés , le dos bien étiré , juste observer le souffle, son rythme, son flux et laisser filer les pensées. Aucune attente, aucune envie , juste observer dans l’instant présent , dans l’Ici et le Maintenant , et sentir ressentir l’énergie de l’ émotion . Se concentrer , méditer (dhyâna), et laisser infuser pour amener une pensée clarifiée.

« Dans cet espace de lâcher prise, elle a laissé Etre. Un léger sourire est apparu, une légère brise a soufflé, et le soleil et le lune étaient désormais plus brillants  » Ernest Holmes.

Qu’en sera t’il de notre pratique en Yoga ?

✨Comme la fatigue se fait sentir en cette période, il sera opportun de privilégier un juste équilibre ( Sthira Sukha) entre une pratique douce et des détentes, et à la fois dynamiser le corps, le souffle pour réchauffer et contenir l’énergie, en conscience du mouvement .S’installer dans la posture un peu plus longtemps et ajuster , observer , accueillir , toute comme la salutation au soleil pour faire circuler l’énergie et dynamiser, et la salutation à la lune qui apaisera , stabilisera , centrera.

 

Forte étoile qui n’a nul besoin d’assistance,

Et que la nuit peut accorder à ses compagnes,

Elle qui doit d’abord se faire obscure pour qu’elles s’éclaircissent

Etoile qui déjà s’accomplit, qui plonge

Quand les astres commencent leurs parcours

A travers la nuit lentement levée.

Grande étoile des prêtresses d’amour,

Qui, attisée par son propre sentiment

 

Jusqu’à l’ultime instant transfiguré et sans jamais tomber en cendre,

Va sombrer au lieu même où le soleil sombra :

Devançant les levers multiples

Par ce pur déclin.

Montre à la nuit que tu reçus silencieusement

Ce qu’elle a apporté

Ce n’est que lorsque tu te seras confondu avec elle

Que la nuit te connaîtra…

Rainer Maria Rilke

🙏


Ishvara . Le détachement

 

✨Apprendre le détachement est l’une des choses les plus difficiles qui soit. Nous résistons parce que nous avons peur de perdre l’objet de notre attachement.

✨Nous voulons que les choses se passent à notre façon, que les autres agissent comme nous le voudrions, que notre vie se déroule comme nous l’avions planifiée.
Et chaque fois que nous résistons, nous souffrons un peu plus.
✨Apprivoisons le détachement.
✨Apprendre à se détacher des résultats de nos efforts, du dénouement de nos attentes, de la réponse de l’autre à nos demandes est un grand exercice de confiance envers la Vie, d’ouverture du cœur et d’acceptation.

✨Le détachement, ce n’est pas s’éloigner des autres pour ne pas vivre de l’attachement. Ce n’est pas non plus être indifférent à ce qui arrive comme résultats de nos attentes. C’est plutôt rester ouvert à ce qui arrivera, peu importe les résultats.
✨C’est accepter de composer avec ce que la Vie met sur notre chemin, sachant que c’est pour notre bien. C’est savoir que nous traverserons le pont une fois rendus à la rivière. C’est faire les efforts nécessaires pour obtenir la réalisation d’un projet, mais aussi accepter que le résultat puisse être différent de nos attentes, et faire avec. C’est aimer l’autre en offrant tout notre amour, tout en reconnaissant que l’autre puisse aimer de manière différente que ce que nous souhaitions.
C’est s’aimer soi, même les imperfections, en sachant qu’on ne peut rien améliorer si on ne l’accepte pas en premier lieu.
C’est vivre en faisant de son mieux, en donnant son maximum tout en sachant que parfois nous aurons du succès, et parfois non; parfois nous serons reconnus et parfois, non; parfois nous serons aimés, et parfois non.
✨Le détachement, c’est notre détermination à être libre et c’est un grand anti-stress! C’est avoir la conviction profonde que tout est parfait, peu importe ce qui arrive.

✨C’est surtout porteur d’une grande paix intérieure.
Gilles Richard.