Yoga & Prânâyâma : la dynamique du souffle

 » Ignorer ou méconnaître  l’existence du Prâna, son action sur notre organisme …c’est ignorer le véritable Yoga … » (André Van Lysebeth)

Du sanskrit PRANA  qui désigne le souffle,  et YAMA la maîtrise de ce souffle, le prânâyâma est la science, l’art de la respiration qui permet d’obtenir, à l’aide de techniques spécifiques, la dissolution des fluctuations du mental . Il conduit à une meilleure connaissance et maîtrise de Soi en toutes circonstances.

Une respiration équilibrée et rythmée optimise nos capacités et notre énergie vitale.

“Lorsque le corps est agité, le souffle est agité. Lorsque le souffle est immobile, l’esprit est immobile, le yogin atteint la fixité.” Hatha-yoga-pradipika

« La physiologie confirme le lien énergétique entre le corps , le souffle et le mental. Le centre de commande de la respiration se situe dans la région du cervelet . Ce centre est en connexion avec ceux régulant les fonctions organiques . Ces centres sont ainsi constamment influencés par les émotions, et par un effet de feed back, la respiration elle même. » (JP LAFFEZ)
Notre vie est rythmée par notre respiration ; c’est la première fonction physiologique du corps, la plus importante, et toutes les autres fonctions en dépendent. La philosophie indienne prétend que nous naissons avec un capital  propre à chacun d’inspir/expir qui conditionne notre temps de vie.
Le souffle est en lien direct avec nos émotions et notre corps. Si le mental est agité, perturbé, le souffle  prendra le même rythme car nos rythmes respiratoires sont ajustés en permanence aux influences constantes de notre vie. Si nous arrivons à contrôler notre respiration par une action consciente et attentive, alors le mental se calmera, le corps s’apaisera.

Prana
Il s’agit de l’énergie universelle qui nous entoure, qui est partout et en tout.  (l’air, l’eau, les végétaux, les minéraux …).
Sans Prana, il n’y a pas de vie, il est invisible, impalpable et c’est de lui que nous tirons notre substance. Il est le catalyseur de nos systèmes et de leurs fonctions. Le vecteur de Prana est l’air et lorsqu’il pénètre dans notre corps par le biais de la respiration, il circule à travers les nadis (canaux, vaisseaux énergétiques ou méridiens).

 Le contrôle des mouvements de la respiration 

La respiration comprend l’inspir et l’expir, . L’inspiration est active et l’expiration passive. Le souffle spontané, c’est la respiration sans conscience. Dans la pratique yogique,  Il y a  relation entre le souffle et le mental. Le yoga va utiliser des techniques qui agissent sur le souffle permettant ainsi de calmer les agitations du mental.
Le contrôle du souffle s’acquiert par le ralentissement du rythme respiratoire en prolongeant l’inspir et l’expir et en instaurant des temps de pauses poumons pleins , poumons vides.

L’air pénètre par les narines . Il y est réchauffé, humidifié et purifié par des
filtres  (la bouche n’a pas de filtre, il est donc très important d’apprendre à respirer par le nez).

A l’inspir, le diaphragme s’abaisse et s’ouvre comme un accordéon, l’air frais oxygéné nourrit le corps , à l’expir, le diaphragme remonte et l’air chargé de gaz carbonique et de déchets est expulsé.

Dans les pratiques de yoga , les postures, le cycle respiratoire est pris en considération continuellement . Le prânâyâma comporte une multitude de pratiques autant dans l’immobilité des asanas ( postures) que dans les mouvements des enchaînements . Il s’en suit une harmonisation de ce qui influe sur le pratiquant, de toutes les fonctions, pas seulement organiques . Un mieux être est le premier résultat.

Quelques exemples de prânâyâma

  • Anuloma : Expir narine gauche , Inspir 2 narines , Expir narine droite , Inspir 2 narines : effet calmant.
  • Viloma : Inspir par narines alternées d’abord à gauche puis à droite , expire par les 2 narines avec ujjayi ( l’inspire pourra être allongée)
  • Ujjâyi : Les 2 narines alternent , frein au niveau de la glotte ( inspir expir) le conduit d’entrée et de sortie de l’air est réduit, la respiration silencieuse.
  • Nadi shodhana : respiration alternée : Commencer en inspirant par les 2 narines puis  , expir à gauche , inspir à gauche expir à droite ( expir allongée), inspir à droite expir à gauche.

La pratique régulière du prânâyâma est gage de bienfait, tant pour la santé physique que mentale. Nous pouvons, à l’aide du yoga et de la méditation , agir sur les fonctions les plus indispensables à la santé . Orienter l’attention et la conscience vers l’intériorité, amplifier l’effet des respirations.

La respiration est le point de départ et de fin de toute vie . Elle peut être physique , elle se régule, ou subtile , elle coordonne l’ensemble des fonctions, amène au calme et conduit à la méditation.

Notre respiration est le rythme de notre vie.

 

 

 

Etre un Yogi : Roger Clerc

Il me tenait à coeur de partager avec vous cet article de Roger CLERC : « Etre un Yogi » paru dans les  » CARNETS DU YOGA » de Septembre 2018.

Mais tout d’abord une succincte biographie du Maître du Yoga de l’Energie, ce Yoga où dès le départ de la pratique, l’accent est mis sur la perception de l’énergie de vie et sur les différentes ambiances qui se manifestent .

Il est l’instigateur du YOGA DE L’ENERGIE.
Il est né en 1908. Destiné à devenir ingénieur, la maladie ne lui permet pas de poursuivre ses études , il doit se reposer à la campagne. Par héritage familial il se retrouvera commerçant à Paris. Dans sa jeunesse ,à Paris, des esprits éclairés cherchaient déjà des techniques de celles qu’aujourd’hui on appelle « développement personnel » . Il devient l’élève du docteur Marcel Viard, professeur de l’Ecole de Psychologie de Paris. Ce dernier lui apprend les premiers pas dans le chemin de la spiritualité : se détendre, respirer, vivre le moment présent, et la quiétude de la pensée. En 1950, Roger rencontre Lucien Ferrer qui devient son maître en Yoga. Lucien Ferrer qui avait été mis en contact avec le Yoga par C. Kerneïz . Lucien Ferrer, descendant d’une lignée de guérisseurs était un terrain très fertil où allait s’épanouir un enseignement d’origine Tibétaine qu’il recevait par une transmission dans l’invisible. Il initie Roger Clerc à la connaissance des processus énergétiques de l’être humain, à la relation entre énergie et conscience spirituelle et le désigne en 1964, pour lui succéder dans la transmission de cet enseignement en lui confiant la mission de le rendre accessible au plus grand nombre. Ainsi Roger entreprit un long travail de mise au point des techniques comme le témoignent les nombreux ouvrages qu’il a écrits et publiés, et organisa l’enseignement du Yoga de l’Energie à l’intérieur de l’Ecole Française de Yoga de la rue Aubriot, à Paris, en harmonie et collaboration avec d’autres lignées du Yoga ; puis ce seront la création des Ecoles de Yoga de l’Energie d’Evian, d’Aix en Provence et de Bordeaux, et surtout il créa à Paris l’Académie du Yoga de l’Energie où l’on dispense un enseignement avancé. Dans cette œuvre il a été secondé par une talentueuse équipe fondatrice ( Boris Tawsky, Anne Claire Thiercelin . . .). Roger Clerc nous quitta définitivement le 3 avril de 1998 en nous laissant un enseignement magnifique pour celui qui veut progresser dans le chemin du Yoga.

Voici l’article :

 » Le Yoga est une discipline remarquable qui, venue de l’Inde, est diffusée en France depuis quelques décennies . Ce yoga peut-être considéré , entre autres, comme un véritable « art de vivre », et à ce titre, il est susceptible d’apporter à nos contemporains des solutions aux nombreux problèmes créés par une vie moderne stressante et déséquilibrante. Mais état donné que cette discipline s’adresse aussi bien au corps et à l’esprit, et peut même faire découvrir à certains pratiquants sensibles, des plans de conscience supérieurs ignorés d’entre nous, son interprétation est souvent confuse, voire aberrante.

C’est ainsi que pour les uns le yoga est principalement une culture physique, tandis que pour d’autres il est considéré, à l’opposé comme un moyen de transcender pour atteindre l’absolu. Ces derniers négligent alors le corps, si cher aux premiers . Manquant d’un support dense, indispensable pour vivre sur cette terre, ils aboutissent souvent dans des asiles d’aliénés.

D’autres recherchent malgré tout, une réalisation plus concrète de ces « pouvoirs » à visée d’élévation spirituelle . Ils ont pour seul but la lévitation, pensant sans doute atteindre ainsi avec de la hauteur . . . une autre dimension !

Mais notre propos n’est pas de dresser la liste des aberrations de quelques farfelus relativement peu nombreux. Nous voulons plutôt nous entretenir des déviations mineures mais cependant importantes à notre avis, beaucoup plus courantes, dans lesquelles chacun de nous , pratiquant le yoga, est à même de se fourvoyer sans en avoir conscience . Seule la prise de conscience peut nous permettre d’y remédier .

Notre présent bavardage ne doit pas être stérile . Il a pour but d’ouvrir les yeux à certains pratiquants du yoga sincères et convaincus qui prêchent par ignorance ou par inattention . Et si chacun de nous, après la lecture de ce texte, veut bien consacrer quelques minutes à se remettre en question, objectivement, peut -être induira t’il que lui aussi à péché sans s’en rendre compte…

Prenons l’exemple immédiatement du Professeur de Yoga qui a pour mission de transmettre un enseignement millénaire à la fois si vaste et si précis. On conçoit la diversité et par conséquent la difficulté d’une telle transmission. Chacun de ces professeurs à dû déjà lui même, faire un choix dans cet éventail multidimensionnel . Il l’a fait en fonction de ses propres enseignants ( parfois au hasard des relations et des circonstances).

Sa constitution, son tempérament, ses aspirations et ses tendances profondes sont autant de paramètres qui ont influencé plus au moins consciemment son choix . Ce qui rend compréhensible que sa transmission du yoga puisse être différente de celle des autres enseignants, même de ses propres maîtres , dans les nuances tout au moins.

Lorsque l’on analyse ainsi la situation, on est effaré , et il faut se retenir pour ne pas avoir le vertige ! ( ….) Trop nombreux sont encore aujourd’hui les enseignants de yoga qui s’enferment de façon rigide , se sclérosant dans ce qu’ils prétendent être la « tradition ».( ….) Certains professeurs sont attirés, prêts à jouer le rôle de gurus, en utilisant ces éléments superficiels qui conservent toute leur valeur dans leur pays d’origine. C’est pour ces professeurs une facilité attirant le public, mais qui souvent masque une incapacité à transmettre un enseignement plus profond vécu réellement par ces enseignants.(….). Pour prétendre « être yogi » et « vivre en yogi » suffit ‘il de pratiquer des postures de yoga ou de « faire de la méditation » une fois par semaine ou une fois par jour ou plusieurs heures chaque jour ? Assurément non !

Ne faudrait-il pas, si on a cette prétention, et si on pense avoir choisi cette merveilleuse voie du yoga, essayer de réunir d’autres conditions : non seulement en théorie, mais en pratique, en adoptant un genre de vie qui soit en concordance avec l’esprit du yoga . Faisant en sorte que nos actes et nos comportements vis à vis des autres hommes, correspondent à l’enseignement que nous tirons des textes sacrés .

Essayons d e rassembler quelques principes qui nous semblent indispensables pour devenir un yogi :

.Admettre l’esprit traditionnel du yoga dans toute sa dimension, universelle et éternelle,

.Vivre le moment présent en cherchant à utiliser la méthode qui nous convient personnellement, ici et maintenant,

.Que toute recherche ne soit en aucun cas limitée à l’intellect, mais qu’elle débouche toujours sur une application dans la vie quotidienne, dans les moindres actes auxquels l’être intégral doit participer.

(…)

A quoi peut-on reconnaître un vrai yogi ?

N’est ce pas à son humilité, non simulée , à son calme et à sa maîtrise profonde, à sa compréhension et à son indulgence envers les autres , à son Amour. Mais attention, pas de fabulation et pas d’imitation! de même que l’habit ne fait pas le moine, plagier l’apparence du yogi ne fait pas avancer dans la profondeur de son être celui qui plagie.

Cependant le comportement du professeur de yoga dans la vie peut nous guider dans une certaine mesure, à le situer sur le chemin du yoga. Mais ce devra toujours être avec indulgence de notre part, bienveillance, compréhension et humilité . Car nous mêmes, où en sommes nous pour nous permettre de juger l’autre ?

Compte tenu de ce quelques remarques, cette appréciation de l’autre, non entachée de subjectivité, peut parfois nous rendre service . Elle nous montre souvent que nous avons beaucoup encore à faire, et cette réflexion peut nous être salutaire.

(…)

Le professeur de yoga, digne de ce titre , et c’est une condition importante , doit être bien formé pour donner des cours de qualité, quelque soit la méthode employée, mais toujours dans l’esprit du yoga. Celui ci doit devenir un yogi : ses pensées, ses sentiments ,  ses actions doivent être positives , sa formation continue … Le chemin est long.

Semez la Paix , la Joie, l’Amour , vous connaitrez le succès et la Joie de vivre . C’est garanti . C’est la voie du Yoga.

 

Namasté 🙏😊


 

Surya Namaskar : Mantras & salutation au soleil

Une salutation est un enchaînement fluide de succession de postures, d’ASANAS (flexions , extensions, …) dans l’attention au souffle. Traditionnellement, et la plus souvent pratiquée , Surya Namaskar , la salutation au soleil , une salutation dynamique , rend hommage au soleil dont les propriétés circulent dans notre corps : lumière, unicité, chaleur, énergie, circulent intensément. Elle se pratique de préférence le matin (6, 12, 24 fois…), tourné vers l’est.

 

Pour une pratique avancée ,  et pour un enrichissement spirituel , on peut y associer la récitation de mantras, à voix haute ou mentalement .

OM MITRAYA NAMAH ( Salutation à l’Ami de tous)

OM RAVAYE NAMAH ( Salutation à Celui qui brille, qui rayonne)

OM SURYAYA NAMAH ( Salutation à Celui qui conduit à l’action)

OM BHANAVE NAMAH ( Salutation à Celui par qui l’Aurore naît, à celui qui illumine)

OM KHAGAYA NAMAH (Salutation à Celui qui se meurt rapidement dans le ciel)

OM PUSHNIE NAMAH (Salutation au Donneur de force)

OM HIRAI YAGARDBHAYA NAMAH (Salutation au Soi universel, à l’oeuf d’or cosmique)

OM MARICHAYE NAMAH (Salutation au Seigneur de l’aurore)

OM ADI TYAYA NAMAH (Salutation au fils d’Aditi , la Mère Universelle)

OM SAVI TRE NAMAH ( Salutation à la Mère bienfaisante)

OM ARKAYA NAMAH (Salutation à Celui qui est digne d’être vénéré)

OM BHASKARAYA NAMAH (Salutation à Celui qui mène à l’Illumination)

Namasté 😊 🙏


 

C’est la rentrée : la joie de vous retrouver

Je me réjouis , et j’ai hâte de vous retrouver dès ce lundi 10 Septembre sur le tapis , après la trêve estivale pour certain(e)s d’entre vous . Aller à la rencontre de nouveaux visages , vers un nouveau voyage sur le chemin du yoga , chemin vers Soi, vers le centre de soi même où se tient la joie ( ananda), ce sentiment si précieux et partager .

Pour ce faire , la pratique sera portée par le souffle ( prana) et la conscience du corps vécu dans sa globalité à l’écoute de ses sensations .
 » Se laisser surprendre par la découverte de nouvelles possibilités d’entendre la posture pour mieux lâcher prise ensuite . Tel un explorateur , le yogi s’aventure à l’occasion en terra incognita : des équilibres inattendus, des extensions audacieuses…leur apprentissage donnera une autre forme de joie, plus teintée de sukha, l’aisance, et du bonheur d’avoir compris du dedans comment les réaliser » ( Isabelle Morin Larbey).

Privilégier les postures et les mouvements simples pour faciliter le développement de l’attention et donc de la conscience , car le but du yoga n’est pas la posture parfaite et difficile mais bien la prise de conscience des sensations et du souffle, merveilleux outils vers l’ouverture de la conscience.
 » Le yoga est un état . Un état ne se décide pas . On ne peut que créer les conditions pour que cet état s’installe  » Gérard Blitz.

Laisser s’installer des silences pour percevoir , apprécier , vivre la pratique , avec pour essentiel l’attention permanente au souffle , au moment présent dans l’intention de ressentir et non de copier.
Lorsque ces conditions sont réunies , alors le mental s’apaise .

Ecouter son silence intérieur ( dhyana) , le regard intérieur tourné vers l’espace du coeur avec l’esquisse d’un sourire. . . pour une pratique ( abhyâsa ) juste et heureuse.

Pour terminer , un clin d’oeil au séminaire que je viens de faire à l’EFY de Paris dont le thème était :  » Yoga, méditation et création  » , avec la visite à l’exposition contemporaine de Beaubourg , et beaucoup d’émotion et de résonance intérieure devant cette sculpture d’Yves Klein  :  » L’arbre grande éponge bleue  »
 » La vie, la vie elle même qui est l’art absolu  » Yves Klein

Namasté  🙏💙😊

 » On n’enseigne pas ce que l’on veut, je dirai même que l’on n’enseigne pas ce que l’on sait ou ce que l’on croit savoir. On enseigne et on ne peut qu’enseigner que ce que l’on est  » (Jean Jaures)

(Copyright photo Maxence Lalande . Indonésie Août 2018 )


Une façon d’Etre.

Ce qui se réalise – et te réalise – dans la méditation, est-ce possible dans le courant de la vie ?

Oui, mille fois oui.

Car la méditation est façon d’Etre , donc de manière de vivre.

Fais de ton quotidien ta méditation.
Qu’est ce que cela veut dire ?
Que la méditation vit en toi en même temps que tu vis.
Que tu la sens vivante en toi d’instant en instant.
Que tu te sens profondément en vie, parce qu’elle vit profondément en toi.
Que ce soit clair pour toi : le méditant l’est tout le temps , ou ne l’est pas.
Pourquoi alors la méditation assise , cette divine parenthèse , matin et soir, avant et après que se déroule ta journée ?
Parce que la méditation est un ressenti.
Un ancrage corporel , seule solution qui t’évite les tempêtes du mental.
Si tu ne t’accordes pas à cette tonalité dès les toutes premières minutes, ton mental t’entraîne, et pour plusieurs heures, dans sa ronde d’incertitudes.
Quoiqu’il arrive, assieds toi, avant toute action, et assieds toi toutes actions accomplies.
Alors toute action est chance de méditation.

François Roux.

 


 

Salon du Mieux Etre les 15 et 16 Septembre 2018

Je serai présente au Salon , et j’animerai des ateliers de YOGA : pour tout public – déjà pratiquant(e) ou débutant(e)- , et une séance de YOGA PARENTS/ENFANTS .
Vous pouvez d’ores et déjà me contacter via le site ou sur ma page FB « Claudine Yogini » pour plus de renseignements , mais je reviendrai avec plus de précisions très bientôt.
Très belle journée lumineuse . Namasté  ☀️🙏🌸


 

Les 4 principes de la spiritualité de l’Inde

 

🙏 Le premier principe : « Quiconque vous rencontrez est la bonne personne. »

Ceci signifie que personne n’arrive dans notre vie par hasard. Tout personne près de nous, toute personne avec qui nous rentrons en contact, est là pour nous enseigner quelque chose ou pour nous aider à améliorer une situation présente.

🙏 Le second principe : « Peu importe ce qui est arrivé, c’est la seule chose qui pouvait arriver. »

Rien, absolument rien de ce que nous avons expérimenté n’aurait dû être autre chose. Il n’y a pas de « si seulement j’avais agi différemment, ça aurait été différent. » Non. Ce qui s’est passé est la seule chose qui aurait pu et a dû prendre place dans notre vie pour apprendre la leçon et avancer. Chacune des circonstances de notre vie est absolument parfaite, même si cela défie notre compréhension et notre ego.

🙏 Le troisième principe : « Chaque moment est le bon moment. »

Toute chose commence exactement au bon moment, ni trop tôt, ni trop tard. Quand nous sommes prêts pour quelque chose de nouveau dans notre vie, c’est là, prêt à débuter.

🙏 Quatrième et dernier principe : « Ce qui est terminé est terminé. »

C’est simple. Lorsque quelque chose se termine dans notre vie, c’est que l’expérience nous a permis d’évoluer et de nous enrichir. Elle n’a donc plus d’utilité, il vaut mieux lâcher prise et avancer.

Soyez bon pour vous-même. Aimez de tout votre être. Soyez toujours heureux 😊 🙏


 

Cet Eté 2 pratiques de Yoga matinales

Le 24 Juillet et le 7 Août j’animerai 2 séances de YOGA matinales à l’OASIS BAR à RENAC PLAGE ( St Etienne Cantales) .

Venez pratiquer dans un cadre merveilleux , près de la nature avec les énergies du soleil, de l’eau .

Namasté 🙏😊☀️


 

Atelier Yoga&Nature: Marche méditative et mandala

La Journée Yoga & Nature , si intimement liées, c’était dimanche , et ce fut une magnifique journée de partages et d’échanges. Mille mercis à vous yoginis et yogis pour ce moment précieux.

De l’air pur, les belles énergies et la chaleur du soleil, une brise légère, le chant des oiseaux comme des mantras , ont permis une connexion rapide à Prana, l’énergie vitale. Tous nos sens sont en éveil: l’odorat, la vue, le toucher, l’écoute , et sont activés , pour aller vers la posture , l’installer et ressentir le lâcher prise.

La pratique matinale , bien ancré(e)s et en connexion avec les énergies telluriques et celles du cosmos, baigné(e)s par la lumière du soleil , a permis d’installer rapidement un sentiment de gratitude et de joie vers l’univers .

De belles émotions tout au long de la journée : Marche méditative , en communion avec la nature et les énergies yang de la saison qui stimulent , une marche lente , avec l’inspir, l’expir liées au pas bien ancré au sol, dans le bois pour un bain d’arbres et ses puissantes énergies : Paix, calme , sérénité, instant présent , conscience de son pas et de son souffle.

Instant créatif l’après midi 

Toutes les énergies de chacune et chacun ont été rassemblées pour la création d’un mandala avec les végétaux , minéraux, cueillis et ramassés lors de la marche méditative .

Du sanskrit qui signifie « cercle »,  »   le mandala est un dessin contemplatif, géométrique, symétrique, harmonique, symbole des énergies cosmiques. C’est le CENTRE. Il exprime le mouvement continu de la vie .

Il est la porte d »entrée vers l’intériorité et la conscience du Soi : j’écoute mon coeur.

 » Je savais qu’en découvrant que le mandala est une expression du SOI, j’avais atteint ce qui était pour moi , fondamental  » Carl Gustav JUNG

L’année yogique s’est terminée sur cette magnifique journée .

Merci à toutes et tous .

Rendez vous en Septembre .

Je vous souhaite un très bel été lumineux.

Namasté 🙏


Mudras : L’énergie jusqu’au bout des doigts

« « Mudra » qui signifie « sceau », est une gestuelle qui se situe entre l’humain et le divin. Il s’agit d’une position des doigts, d’un geste, parfois une posture. Mentionnées dans les Védas (textes hindouistes sacrés), les mudras datent donc d’il y a plus de 3000 ans… A l’origine elles sont reliées aux pratiques spirituelles et servent à invoquer les divinités. Appartenant au départ au fond culturel indien, les mudras se diffusent progressivement en Asie Centrale et en Extrême Orient, au Tibet… Les étudier pour s’en servir au quotidien lors de la pratique de yoga et pour son développement personnel et spirituel peut s’avérer passionnant…

L’énergie au bout des doigts

Nous savons tous, consciemment ou intuitivement, que notre corps est une « machine » extrêmement intelligente et puissante… Nos mains, quant à elles, sont des émettrices et des réceptrices de cette machine. Les mains nous « parlent ». Elles sont le reflet de nos pensées et de nos émotions. Elles peuvent réconforter, soigner… Et ceci parce qu’elles sont en relation directe avec les énergies de notre propre corps et de l’univers tout entier.

Les mains sont de puissants transmetteurs d’énergies possédant un grand nombre de correspondances nerveuses dans le corps. Chacun des 10 doigts correspond à un organe, à une partie du corps et du cerveau, aux centres énergétiques, aux enveloppes subtiles du corps, aux méridiens (les canaux énergétiques qui traversent notre corps).

 

 

Réguler et ré-harmoniser nos forces vitales

Chaque doigt de la main correspond également, selon l’Ayurveda, à un élément de l’Univers. Le contact des uns avec les autres permet la synthèse des éléments concernés et la mudra correspondante est sensée stimuler et unifier des différentes énergies vitales circulant dans le corps, ce qui assure une bonne santé physique et mentale. Les mudras permettent donc de réguler, rediriger, ré-harmoniser nos forces vitales.

Les mudras peuvent aussi être associées aux directions, aux couleurs, aux divinités. Ces gestes peuvent symboliser la protection, l’hommage, la bienveillance, la sagesse, etc. D’autres visent la jeunesse, la santé, l’équilibre, l’éradication des maladies, l’apaisement de certaines émotions, le renforcement d’énergies et l’éveil spirituel. Ces mudras réveillent en nous nos capacités, bien-être, conscience et harmonisent l’être individuel avec les processus de l’Univers.

Il en existe un très grand nombre et, souvent, les mudras sont utilisés avec des exercices de respiration, le chant des mantras, des postures de corps…  »

Macha Kruglova.