La juste posture pour méditer par Boris Tatsky

❤️ Donner du sens. . . Accueillir la Joie
Un article sur la posture à installer , en méditation , par Boris TATSKY , formateur d’enseignants dans plusieurs écoles européennes et mon Professeur de Yoga de l’Energie à l’EFY de Paris.
( paru dans Yoga journal France)

L’une des vertus du Hatha Yoga est de préparer cet état intérieur de concentration par un jeu de postures et de contrôles du souffle , libérant les tensions physiques et mentales, accroissant l’énergie vitale, l’intériorité et stabilisant l’attention habituellement si prompte à se disperser, et dans le yoga de l’énergie les enchaînements ( karanas) préparent le corps à cette assise.
S’IMMOBILISER
La posture utilisée pour la méditation , posture assise  ( Siddhâsana) est fondamentale pour la réussite de l’expérience. Elle répond à plusieurs critères, dont trois sont prédominants. Ils sont explicites dans les textes de références, notamment le Yoga-Sûtra. II- 46 et 47 et la Hatha Yoga-Pradîpikâ. I -35.
En premier lieu la posture doit être agréable, procurant à la fois une sensation de repos et de vigilance. Il ne faut pas hésiter à s’asseoir sur une chaise si cela convient mieux.
Le second critère impératif est de placer la colonne vertébrale aussi verticale que possible, alignant buste, cou et tête, tout en gardant les épaules abaissées.
Le troisième est de se tenir rigoureusement immobile tout en se relâchant intérieurement constamment. Cette immobilité peut accepter un changement de position. En effet, si le pratiquant éprouve des difficultés corporelles qui persistent, il peut changer de posture pour reprendre une nouvelle immobilité plus confortable et durable.
Les autres paramètres de la posture corporelle pour la méditation sont plus aléatoires. Les positions des jambes, des mains, de la langue, des yeux varient selon les écoles, alors que les critères précédents sont unanimes.
MÉDITER
Après la pratique de quelques postures, s’installer dans une assise confortable, comme indiqué précédemment, et venir se localiser intérieurement au cœur de son être, au milieu de la poitrine. Emplir cet espace en évoquant le sentiment de Maitrî (amitié, bienveillance) et laisser cette qualité rayonner en soi et autour de soi.

Inspirer dans la poitrine, qui sera emplie de Maitrî (bienveillance ) , et expirer en prononçant silencieusement le mantra « OM » et en diffusant tranquillement la bienveillance autour de soi. Après quelques répétitions, cesser à nouveau toute action mentale volontaire, lâcher prise totalement dans cet état d’expansion, d’ouverture intérieure du cœur. N’imaginer rien, n’analyser rien, vide de toute action mentale demeurer d’instant en instant conscient d’être et conscient de ce qui est, de plus en plus profondément et subtilement.

La méditation profonde est une prodigieuse aventure de la conscience , elle est un état de simplicité d’être, certes pas facile car le mental aura tôt fait de reprendre sa dispersion habituelle, de se distraire en pensant à mille et une choses. Au moment où il y a prise de conscience de cette fuite du mental, il convient calmement de reprendre patiemment la méditation. Il s’agit d’une éducation de l’attention qui demande vigilance et persévérance. »

Namasté 😊

———————————————————————————————-

SHIRSHASANA : La posture « Reine »

LA POSTURE INVERSEE

La pesanteur à laquelle nous sommes soumis , est un facteur de fatigue et de vieillissement du corps humain. Instinctivement, nous nous reposons à l’horizontale ou en position déclive.
Avec la pratique des postures inversées, surtout celles où les pieds sont en haut et la tête en bas, où le nombril est au dessus du coeur, le yoga offre une solution pour soulager les tensions car il y a un important afflux sanguin au niveau de la gorge stimulant la glande thyroïde, très énergétique également sur Vishuda , le 5ème chakra.

                                                      LA SYMBOLIQUE
C’est l’éveil de l’intelligence intuitive, seule apte à percevoir la nature de l’Etre. Par l’inversion , c’est un autre regard qui se tourne vers le coeur , un autre point de vue porté, qui va amener la transformation, l’adaptation, la fin des doutes et des peurs .
La perte des repères physiques habituels induit une remise en question des acquis de tout ordre.
Les racines sont tournées vers le Ciel, le sommet du crâne et notre conscience vers la Terre.
Réussir la posture renforce la capacité de changement et de dépassement de ses peurs.

Mais la posture est délicate à prendre , non seulement pour des raisons psychologiques mais aussi parce qu’elle demande de l’attention dans le déplacement du poids du corps vers le haut.

 

                               LES BIENFAITS SUR LE PLAN PHYSIQUE
Il y a une amélioration du retour veineux , une stimulation de l’irrigation du cerveau, de la digestion et du transit intestinal . L’inversion favorise la décongestion des organes abdominaux et pelviens.

D’un point de vue plus subtil ,  il va y avoir une modification profonde du mouvement habituel de l’énergie vitale.  Les pieds, qui sont toujours en prise avec la terre, vont se retrouver  dans les énergies subtiles de l’espace.  Quant à la tête, qui est pratiquement en permanence dans l’espace, elle va se trouver à présent fortement enracinée dans le sol . Les états de stress , d’anxiété ou de fatigue peuvent être causés par une insuffisance d’irrigation cérébrale . Mais par l’attention à la circulation de Prana et / ou l’installation dans la posture inversée, il va y avoir  l’activation d’afflux d’oxygène et générer plus de paix intérieure , et diminuer stress , et peurs .

Le but essentiel en réalisant la posture , est de focaliser le mental de façon intense , et non pas de nourrir son égo.

«  Le Yoga ne se limite pas aux postures, il met en mouvement et en acte l’être humain tout entier . En levant les peurs , il est un ancrage en soi – même , un point d’appui vers la confiance en soi et dans l’autre … »   Isabelle MORIN – LARBEY ( Présidente de la Fédération Nationale des Enseignants de Yoga)

Claudine Lalande ( 5/11/2017)

——————————————————————————————–

 

Yoga et Enfants: Les valeurs du yoga #enseignement alternatif #Montessori

Je suis de retour de mon séminaire YOGA ET ENFANTS à l’EFY de Paris , organisé par la FNEY ( Fédération Nationale des Enseignants de Yoga ) , issu d’un groupe de recherches .

Un beau, un riche, un magnifique séminaire, dans un groupe empathique et bienveillant avec des intervenants de grande qualité ( des conférenciers avec le lien avec l’Inde , des professeurs de yoga, une psychomotricienne, un psychopraticien ) tout aussi bienveillants .
Conférences , pratiques , ateliers , tout s’est déroulé dans la joie , et l’espace d’une semaine nous avons contacté l’enfant que nous avons été.

« Mais il convient de bien différencier la pratique intuitive qui s’apparente à  » jouer au yoga » d’un enseignement professionnel basé sur une philosophie et une pratique et une transformation personnelles de fond  » ( Catherine le Gallais . Les carnets du yoga).

De mes notes sont ressorties quelques réflexions , en toute simplicité , et que j’espère fidèles aux enseignements reçus tout au long du séminaire.

Ethymologiquement Yoga , c’est Unir , joindre , mettre ensemble ce qui a été séparé, c’est unir les polarités.

Le yoga comme une médiation , car par nature il prend en charge l’apprentissage du mental, du corps et de l’esprit.
Le Yoga invite à faire symbole , à unir, à faire ensemble , il offre la possibilité, la puissance de restaurer, de travailler à la capacité de symbolisation, et cette notion est très importante pour l’enfant, qui va trouver à travers une approche ludique et pédagogique , au delà de l’aspect purement postural , le passage, le moyen de s’engager dans le réel , sans pour autant se perdre dans son intériorité .
Il va pouvoir se structurer à l’aide de référence à des textes simples , de gestes, de paroles, de silence et à tendre vers  » le faire seul » , à assoir son JE       ( je suis sujet de mes émotions, de mes choix, je me fais confiance ) pour aller vers son MOI ( son intériorité) et  trouver sa voie dans le réel et dans le contexte social qui est le sien. Le vivre ensemble, la relation à l’autre, la juste posture dans l’attention , la conscience du souffle , grâce à l’apprentissage et à la connaissance du soi, tout cela va contribuer à l’épanouissement de l’enfant. Car l’activité motrice est importante pour développer son univers, pour installer son intelligence en maximisant ainsi le processus d’apprentissage.

Le yoga est un parfait outil pour son expression, sa créativité et l’équilibre de ses émotions.
Il lui permet de se sentir plus à l’aise et plus détendu dans le moment présent, avec patience , et l’encourage dans le vivre ensemble au sein du groupe, de la classe, dans la confiance et l’enthousiasme, dans la non-compétitivité, dans le respect ( du sien et des autres ).

En lien avec les YAMA / NYAMA ( Pantajali , les fondements du yoga) un extrait de    » YOGITO et la petite échelle d’or «  de Martine Giammarinaro  (Editions Fais moi signe):

 » Au pays de YAMA
il avait vu des gens vivant harmonieusement ensemble.
Au pays de NYAMA
il avait appris à nettoyer son corps et ses pensées
Au pays d’ASANA
il avait démontré aux habitants les bienfaits des postures de yoga
Au pays de PRANAYAMA
il avait compris la nécessité de se relaxer
Maintenant au pays de DHARANA, il était capable de se concentrer et de créer . Assis sur son rocher, dans cet état d’immobilité apparente, Yogito était en train de créer un grand projet. Cela vint à lui comme une fleur qui éclot au premier rayon du jour.

Lorsque notre corps , notre respiration et notre esprit sont détendus, alors nous pouvons nous concentrer pour créer . »

Namasté 🙏


 

Les Chakras , les Portes du corps

«  L’énergie va là ou va la pensée  » ( Roger CLERC)

Le yoga de l’énergie que je transmets met l’accent un peu plus précisément sur la circulation des énergies.

Les chakras ( ou roues énergétiques )  font partie du corps énergétique, et sont placés sur l’axe ( colonne vertébrale) dont 5 sur le corps physique correspondant aux 5 éléments : Terre, Eau, Feu, Air, Espace ou Ether . Ils captent l’énergie cosmique et les nadis (ou canal) redistribuent cette énergie.

Située dans le chakra de base ( Mulhadara chakra) au niveau du coccyx, la Kundalini, ce feu intérieur, cette mémoire génétique, enroulée comme un serpent , va monter , commencer son ascension, puis comme un mouvement de flux et de reflux, tels les vagues d’une douce marée, redescendre , et dans son passage, préparer l’ouverture des portes du corps énergétique et effectuer un nettoyage de cet espace entrouvert, lumineux , toujours dans le sens  du périnée vers le sommet du crâne . Ainsi est assurée une harmonie corporelle et psychique.

 1er Chakra : MULADHARA ou chakra racine

Il se situe au niveau du périnée . Il nous ancre à la terre mère . Il est le support de la racine. Il est relié aux glandes surrénales et aux organes sexuels. C’est là qu’est logée la kundalini, endormie, cette conscience énergie. Il est associé à la couleur rouge et à l’élément Terre.

 2ème Chakra : SVADHISHTANA 

Il est situé dans la parte haute de la zone génitale. Il est relié à la vessie, au organes sexuels et aux jambes. C’est là que nous sommes capables de ressentir et de réguler la sensualité, l’appétit, les désirs, les envies, l’entrain , les plaisirs. Il est associé à la couleur orange et à l’élément Eau.

3ème chakra : MANIPURA

Il se situe au niveau du plexus solaire, et il lié à l’estomac, au pancréas, au foie, au système nerveux. Il est très sensible aux tensions, aux émotions, au stress. C’est une zone du feu en nous, liée à l’énergie de l’action.  Il est associé à la couleur jaune et à l’élément Feu.

4ème chakra : ANNAHANTA

Il est situé sur le sternum et il est lié au coeur, au système circulatoire , aux poumons. C’est le chakra du coeur. C’est le lieu d’équilibre parfait entre le corps et l’esprit, entre moi et les autres : aimer, donner , accepter , conscience que je ne suis pas le centre du monde mais bien en interaction avec les autres et l’univers. Il est associé aux couleurs bleu et or et à l’élément Air.

5ème chakra : VISHUDDHA

Il est situé au niveau de la gorge e relié aux poumons, aux bronches , aux cordes vocales , au système lymphatique mais aussi à la glande thyroïde. Il est le  « sommet » des chakras physiques. L’ouvrir est une assurance d’évolution sereine, communicative, de purification. Il est l’énergie créatrice et spirituelle. Il est associé à la couleur bleue et à l’élément espace ( ou éther).

6ème chakra : AJNA

Il est situé à la racine du nez, entre les 2 yeux .C’est le 3ème oeil, nommé aussi chakra maître, car il active les autres chakras principaux. Il est lié à l’hypophyse et à l’hypothalamus ainsi qu’au nez et aux oreilles. C’est la porte à ouvrir vers la lucidité, la créativité, l’intuition, la conscience. Il est associé à la couleur violette.

7ème chakra : SAHASRARA

Centré au niveau du sommet du crâne, c’est l’une des principales portes d’entrée de l’énergie. Il est en connexion avec l’épiphyse, la glande pinéale et la partie cérébrale postérieure. Il nous ouvre les portes de l’univers, de l’infini, en  nous donnant l’expérience et la conscience de vivre dans un seul et unique cosmos.  Il est associé à la couleur blanche.

Ouvrir ces portes, c’est se relier à ces sources énergétiques avec clairvoyance par un travail sur la relation du geste et de la respiration, sur le rôle du regard intérieur, sans crispation, sans volonté.

Namasté. 🙏

( Extrait de mon mémoire de fin d’études à l’EFY de PARIS , soutenu en Juin 2015 : « La Porte du sacré »).


 

Mantras et Méditation

Un Mantra est la combinaison d’un ou plusieurs phonèmes sanskrits. Le son du mantra est associé à une énergie subtile,  à une signification pour les mantras phrasés, ou à une symbolique.

Le sanskrit est considéré comme la science des sons et des vibrations du langage, auxquels la tradition indienne a accordé beaucoup d’importance.  Le sanskrit est directement en lien avec les vibrations de l’univers manifesté. C’est une langue qui permet d’explorer tous les possibles du son, à travers son expression orale, parlée ou chantée.

Effets des vibrations des Mantras

Les sons des mantras produisent des vibrations dans le cerveau. Ces vibrations agissent aussi bien sur le plan physique que sur les plans psychique et subtil.

Le chant  des mantras entretient certaines résonances bénéfiques sur le(s) corps. La pratique régulière induit un changement graduel de la conscience. L’impact résonne dans chaque cellule. Les sons chantés imprègnent donc la matière.

Ces sons, qui résonnent dans le corps et dans les chakras, sont entendus sur le plan subtil par les yogis avancés. Chaque son est imprégné d’une énergie particulière qui fait vibrer un organe ou un endroit spécifique du corps.

Le mantra lie le récitant à une certaine énergie spirituelle.

Le AUM ( ou OM)

C’est le son primordial, universel, à l’origine  de la création . Source du commencement des temps, il contient tout ce qui a été , est et sera. C’est le mantra le plus précieux et le plus important qui soit . On le retrouve dans tous les  les textes sacrés de l’Inde ( Védas, Upanishads, textes tantriques ) . Il est souvent comparé à la flèche dont la pointe est la pensée traversant les ténèbres de l’ignorance pour atteindre la lumière. Tous les sons qui existent proviennent de ce son. Il est pour l’Inde la vibration originelle dont provient l’Univers à travers le cycle infini du cosmos, avec une notion sacrée, divine.

Prononcé , le son est puissant, il créé en nous une vibration intense, qui nous ouvre , nous relie à l’univers, et le son terminé, s’installe alors en nous un grand silence, les pensées sont effacées, nous sommes en harmonie avec la conscience universelle, cette force inhérente à la nature.

A : fait référence au Dieu de la création Brahma,

U: en référence à Vishnou Dieu de la conservation

M: en référence à Shiva, Dieu de la destruction.

Namasté.

( Extrait de mon mémoire de fin d’études à l’EFY de PARIS , soutenu en Juin 2015 : La Porte du sacré).


 

Quand la pratique du yoga nous dévoile la lumière

« Pratiquer pleinement, laisser se tisser cette trame entre l’expérience du corps qui est unique et l’éclairage des textes. Se laisser imprégner, et, jour après jour, intégrer le Yoga, ses valeurs, comme un art de vivre.  »
Félica Narboni.« Alors, ce qui cache la lumière se dissipe. »
Yoga-sutra 2.52. (Traduction F. Mazet.)

———————————————-

Gayatri Mantra : Hommage à la Lumière

Le GAYATRI MANTRA est un des plus vieux mantra de cette planète. Ses origines sont inconnues. Il est dit que la sagesse est contenue à l’intérieur des puissantes syllabes sanskrites du GAYATRI et que l’ensemble de la connaissance de tous les mondes est né de ce mantra.

Om Bhur Bhuva Svaha

Tat Savitur Varenyam

Bhargo Devasya Deemahi

Dhiyo Yo Nah Prachodayat

Om Shanti Shanti Shanti

                                                     ———————————-

SURYA NAMASKAR : LA SALUTATION AU SOLEIL

Pratiquer Sûrya Namaskar, c’est  , aussi , être capable de voir le Soleil qui rayonne en nous , quand , à l’aube , l’astre solaire pointe son bout du nez d’or.

Du sanskrit :

«namaskar» : salutation, prosternation

«Surya» le Soleil.

De tout temps, le Soleil a représenté la lumière de la vie, mais aussi, l’oeil du monde , celui qui voit et unit tout le vivant.

Les anciens yogis vivaient en harmonie avec la Nature. Ils avaient une profonde et sincère gratitude envers l’Univers, une profonde gratitude d’expérimenter l’existence humaine , tout en étant les témoins de la beauté de la vie.

L’expression de cette gratitude se manifestait physiquement et de nombreuses manières.

Ainsi, ce qui compose cette salutation , est un ensemble de positions du corps, des mains et des pieds, de la pensée et du souffle, permettant une union des consciences entre les Hommes, avec la Nature et l’Univers, dans un mouvement de gratitude, d’amour et de profond respect……Ce qui en fait la grandeur de cette séquence.

Le sens premier de Surya Namaskara est donc, de s’incliner physiquement devant le Soleil.

Le Soleil est ici vénéré, respecté et remercié, pour tout ce qu’il créé.

A l’origine de tout, sans lui, il n’y aurait aucune vie possible.

Le second sens, pour les anciens yogis, réside dans le fait que chacun de nous contient en lui le monde, avec l’immensité de ses océans, de ses montagnes et de ses plaines, mais aussi, la lune et le Soleil.

Ainsi, l’autre signification de Surya Namaskara, est la représentation de notre soleil intérieur. Celui d’où proviennent l’amour, la joie et la compassion.

Surya Namaskar devient alors une adoration de notre lumière intérieure, celle sans laquelle notre sagesse ne sait s’exprimer. Le soleil apporte , chaleur, énergie, créé le jour et la nuit, le cycle des saisons.

En la pratiquant , nous faisons grandir l’humilité en nous, le respect de la nature et le sentiment de gratitude envers ce qui nous est offert. Elle est pratiquée d’une façon dynamique et fluide, elle alterne les postures de flexion qui symbolisent la prosternation, et les postures d’extensions qui ouvrent le corps et le regard vers le ciel pour puiser les énergies de l’astre. Le souffle , Prana , circule intensément, alternant les Inspirs sur les extensions et les Expirs sur les flexions .

« Je remercie le Soleil de faire don de la vie à la planète, je remercie mon Soleil intérieur de m’offrir la conscience »

 » En vérité, la vie toute entière est un yoga.. » SRI AUROBINDO.

————————————————————————–

LES YOGA SUTRAS ( ou aphorismes) de PANTAJALI

Un chemin en huit étapes, ASHTANGA YOGA

Parmi tous les autres moyens habiles qu’il énumère, Patanjali trace un chemin en huit étapes,
ASHTANGA YOGA, le yoga des huit membres (ashta, huit, anga, membre), ou les huit piliers, étapes, du yoga.

« Tels des perles enfilées sur un fil, ils forment un précieux collier, un diadème de connaissance fulgurante. Comprendre leur message et le mettre en pratique permet la transformation de tout l’être en une personne hautement cultivée et civilisée, rare et bénéfique. » (Sri B.K.S. Iyengar)

1. LES 5 YAMAS  ( Les règles en société)
L’ art de vivre en société, l’éthique, ces moyens habiles, ou actions justes, grandes lois universelles, non liées à l’époque ou au lieu. Ils témoignent du respect de soi-même et d’autrui et initient à cette dimension fondamentale qu’est la compassion, l’amour inconditionnel et universel.

Brièvement résumées, ces cinq règles de vie sociale comprennent :

Ahimsa : La non-violence, le respect et la protection de toute vie.

Satya : La vérité, la parole juste, allant de la vérité à l’abstention de tout bavardage futile, source trop souvent ignorée d’agitation mentale.

Asteya : Le respect de la propriété d’autrui, allant jusqu’à ne pas s’approprier ce qui ne nous a pas été donné.

Brahmacharya: Pour l’homme du monde, une conduite sexuelle consciente, respectueuse d’autrui et établie dans une relation à long terme.
Pour le renonçant, l’abstinence complète, destinée à transcender l’énergie sexuelle en énergie spirituelle.

Aparigraha : La sobriété, c’est-à-dire le voeu de ne pas consommer plus que ses besoins et de s’abstenir de ce qui trouble l’esprit, comme les drogues, dont l’alcool. A ce chapitre et pour notre époque, le maître vietnamien Thich Nhat Hanh ajoute la modération dans ces médias qui envahissent notre vie, internet, presse, radio, télévision, etc.

2. LES 5 NIYAMAS ( Les règles personnelles)
L’art de vivre avec soi-même, les qualités personnelles à retrouver en soi.

Saucha : Pureté (de la pensée, des actes, des actions).

Santosa : Contentement. Désire tout ce que tu as et tu auras tout ce que tu désires.

Tapas : Discipline, ce feu qui consume notre vieille nature obscure et ignorante. Ardeur spirituelle, intrépidité joyeuse sur la voie.

Svadhyaya : Etude de soi à travers les textes sacrés, pour retrouver son maître intérieur.

Isvara Pranidhana : Abandon à Ishvara, Dieu ou conscience suprême ou confiance dans le Mystère, dans le présentiment d’un au-delà toujours présent.

Bien comprises, vécues non dans l’austérité, mais dans la joie de l’amour pour soi et les autres qu’elles génèrent, ces deux premières étapes initient l’apaisement du mental en nous permettant de vivre consciemment passions et instincts sans plus en être les jouets. Plus que les asanas et le pranayama, qui sont là pour nous donner la force de les respecter, ce sont elles qui permettent les premiers changements réels dans notre quotidien.

Notre vie devient vertueuse, non au sens moral, mais dans la mesure où nous apportons du bien.

3. ASANA
Les postures, qui purifient le corps pour en faire un bon serviteur plutôt qu’une source de tourments et qui ramènent l’esprit, si souvent ailleurs dans l’espace et le temps, dans l’ici et maintenant de la réalité des sensations.
Que ce corps redevienne le temple de l’esprit.

4. PRANAYAMA
Purification de prana, l’énergie, par le biais de la respiration et de l’attention. Mais une respiration autrement plus puissante et subtile que celle qui nous habite ordinairement et caractérisée par de très longues apnées; et une attention sans commune mesure avec celle que nous connaissons, capable de réveiller et d’harmoniser les énergies dans tout l’être.

5. PRATYARA
Retrait, intériorisation ou maîtrise des sens

Ces cinq premières étapes allègent considérablement, mais pas totalement encore, les contraintes du monde extérieur pour nous permettre de plonger avec infiniment moins de distractions à l’intérieur de nous-même. De nombreux voiles du mental sont tombés, laissant poindre toujours plus l’Homme authentique.

Le yoga est le plus souvent connu sous l’appellation de Hatha-Yoga.
Ha signifie soleil et symbolise l’énergie créatrice, réalisatrice, masculine, etc. Tha veut dire lune et symbolise l’énergie réceptive, féminine, l’intelligence profonde, la sensibilité, la faculté d’intériorisation, etc. Le terme yoga vient de la racine sanscrite yuj – lier, unir, attacher, atteler sous le joug ou diriger et concentrer son attention, ou encore utiliser et mettre en pratique.

Hatha-Yoga signifie donc union du soleil et de la lune, soit équilibre des énergies et qualités qu’ils symbolisent.

Les cinq premières étapes décrites jusqu’ici constituent la phase évolutive, solaire, Ha. Elles font culminer l’être au sommet de ses possibilités d’action. La phase involutive, lunaire, Tha, peut alors être abordée plus radicalement avec les trois dernières étapes, souvent regroupées sous l’appellation de Raja Yoga., le Yoga royal, le yoga de l’Esprit.
 » Le corps est le fondement de notre croissance spirituelle. Mais non sa fin. Continuez à vous élever toujours plus vers la joie suprême, celle de l’âme « . (Amrit Desai).

La quête de la connaissance illuminante, de la paix et de la joie se poursuit dès lors à travers:

6. DHARANA
La concentration, décrite comme un flot de conscience toujours plus continu sur l’objet d’attention choisi, qu’il soit souffle (le plus fréquemment), flamme de bougie, mantra (répétition d’une syllabe – OM par exemple – ou d’une sentence sacrée), perceptions sensorielles (images, contacts, sons, odeurs, goûts), sensations émotionnelles ou psychiques, ambiances intérieures, pensées, centres d’énergie, ou autres.
Ainsi concentrée, l’attention rencontre de moins en moins de fluctuations. Celles-ci sont toujours plus courtes et toujours plus vite repérées.

Quand la concentration ne connaît plus de distractions elle entre en :

7. DHYANA
méditation. A ce stade, l’observateur est encore conscient de lui-même. Il garde la notion d’une séparation, d’une dualité entre l’observateur et l’observé. La méditation s’approfondissant, l’esprit accède à un nouvel état, samyama, la perception directe, irradiation de la conscience mentale par la lumière de la spiritualité, qui offre la réalisation que toute chose s’apparente à la même Énergie créatrice, que nous ne sommes pas des individus séparés, isolés, que nous participons de manière à la fois insignifiante et essentielle au jeu de l’Univers. L’ego est alors pratiquement aboli, de même que les imprégnations du passé (vasanas). Un être neuf se profile pour naître, ou plutôt renaître, à sa nature originelle, parfaite. La métamorphose sera parachevée au cours de l’ultime étape, elle-même divisée en plusieurs aspects :
8. SAMADHI
Purification définitive du mental, libération des contraintes de ce monde, union à Ishvara (Dieu) ou au Tout, connaissance suprême (antidote de l’ignorance, cause première de la souffrance), nirvana, bonheur hors de toute cause ou condition.
Paix, Joie, Harmonie véritables.

—————