La juste posture pour méditer par Boris Tatsky

❤️ Donner du sens. . . Accueillir la Joie
Un article sur la posture à installer , en méditation , par Boris TATSKY , formateur d’enseignants dans plusieurs écoles européennes et mon Professeur de Yoga de l’Energie à l’EFY de Paris.
( paru dans Yoga journal France)

L’une des vertus du Hatha Yoga est de préparer cet état intérieur de concentration par un jeu de postures et de contrôles du souffle , libérant les tensions physiques et mentales, accroissant l’énergie vitale, l’intériorité et stabilisant l’attention habituellement si prompte à se disperser, et dans le yoga de l’énergie les enchaînements ( karanas) préparent le corps à cette assise.
S’IMMOBILISER
La posture utilisée pour la méditation , posture assise  ( Siddhâsana) est fondamentale pour la réussite de l’expérience. Elle répond à plusieurs critères, dont trois sont prédominants. Ils sont explicites dans les textes de références, notamment le Yoga-Sûtra. II- 46 et 47 et la Hatha Yoga-Pradîpikâ. I -35.
En premier lieu la posture doit être agréable, procurant à la fois une sensation de repos et de vigilance. Il ne faut pas hésiter à s’asseoir sur une chaise si cela convient mieux.
Le second critère impératif est de placer la colonne vertébrale aussi verticale que possible, alignant buste, cou et tête, tout en gardant les épaules abaissées.
Le troisième est de se tenir rigoureusement immobile tout en se relâchant intérieurement constamment. Cette immobilité peut accepter un changement de position. En effet, si le pratiquant éprouve des difficultés corporelles qui persistent, il peut changer de posture pour reprendre une nouvelle immobilité plus confortable et durable.
Les autres paramètres de la posture corporelle pour la méditation sont plus aléatoires. Les positions des jambes, des mains, de la langue, des yeux varient selon les écoles, alors que les critères précédents sont unanimes.
MÉDITER
Après la pratique de quelques postures, s’installer dans une assise confortable, comme indiqué précédemment, et venir se localiser intérieurement au cœur de son être, au milieu de la poitrine. Emplir cet espace en évoquant le sentiment de Maitrî (amitié, bienveillance) et laisser cette qualité rayonner en soi et autour de soi.

Inspirer dans la poitrine, qui sera emplie de Maitrî (bienveillance ) , et expirer en prononçant silencieusement le mantra « OM » et en diffusant tranquillement la bienveillance autour de soi. Après quelques répétitions, cesser à nouveau toute action mentale volontaire, lâcher prise totalement dans cet état d’expansion, d’ouverture intérieure du cœur. N’imaginer rien, n’analyser rien, vide de toute action mentale demeurer d’instant en instant conscient d’être et conscient de ce qui est, de plus en plus profondément et subtilement.

La méditation profonde est une prodigieuse aventure de la conscience , elle est un état de simplicité d’être, certes pas facile car le mental aura tôt fait de reprendre sa dispersion habituelle, de se distraire en pensant à mille et une choses. Au moment où il y a prise de conscience de cette fuite du mental, il convient calmement de reprendre patiemment la méditation. Il s’agit d’une éducation de l’attention qui demande vigilance et persévérance. »

Namasté 😊

———————————————————————————————-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *