Le Pranayama ou les techniques du souffle en Yoga

Namasté tout le monde 😊🙏

Quelques éclaircissements sur la notion de Pranayama, aspect fondamental ( complexe) dans la pratique des postures et de la respiration qui , je l’espère vous permettront de donner du sens à votre pratique.

Elle s’expérimente en posture assise , en prenant conscience de son souffle et de son passage à l’entrée du nez , une des 9 portes du corps, mais aussi du son subtil et vibratoire , intime , que produit le mouvement de l’air dans la boîte crânienne au niveau d’âjnâ chakra.

La respiration qui accompagne les postures ( asanas en sanskrit ) permet aux poumons d’acquérir une meilleure expansion , et à la cage thoracique une plus grande souplesse et fluidité.
Le pranayama ( techniques du souffle ) a pour effet de purifier le système nerveux et d’augmenter le flux de Prana (énergie contenue dans l’air) dans l’organisme. Il vise au contrôle du souffle mais également de l’énergie et de la pensée, grâce aux liens étroits entre respiration, énergie et mental.

En Yoga, la respiration est présente, …toujours et est essentielle.
Les postures et le souffle ( prana) sont en lien étroits, et installer une bonne respiration favorise l’harmonie dans le corps, en éliminant les noeuds, les blocages, sièges des craintes, des peurs , des émotions, des angoisses.

Même si la respiration est naturelle et réflexe, au quotidien nous respirons mal : une respiration trop courte , irrégulière , mal gérée, car directement liée aux émotions.
Le yoga nous fait prendre conscience du système respiratoire, de l’Inspir , de l’Expir, des rétentions poumons pleins, des rétentions poumons vides
et du coup, permet d’apaiser le mental en développant l’attention et le mode de pensée par une respiration lente et profonde.

Prâna est l’énergie vitale. Elle loge dans le corps subtil, et circule grâce aux nadis ( canaux) ,nommés IDA, qui est relié à la narine gauche, qui représente le féminin, le côté lunaire, et le passé en gérant nos émotions, et PINGALA relié a la narine droite représentant le masculin, le dynamisme , le solaire et le futur…alors que l’air inspiré et expiré, est au niveau du corps dense, le corps physique.

Ida et Pingala se croisent en six principaux chakras
( roues) situés le long de l’axe vertical , votre colonne vertébrale. Ils transforment et redistribuent l’énergie dans les différents corps (physique, subtil, mental et causal) .
Le bon fonctionnement du corps pranique dépend de la pureté des Nadis et des Chakras, et de celle de l’appareil respiratoire.

LES DIFFERENTES TECHNIQUES DE PRANAYAMA
La plupart des techniques de pranayama se font par le nez , et malgré la complexité de certaines techniques, le plus important à mettre en place sera la conscience du souffle et la qualité de l’attention qui lui est portée.
D’une manière générale les effets du pranayama sont apaisants, même si certains activent la chaleur et la vibration dans le corps physique, et il sera important de mettre en place et d’ajuster un axe vertical bien étiré et un alignement de la colonne cervicale jusqu’au sommet du crâne en posture assise, en installant la respiration yogique ou respiration complète mobilisant la totalité des poumons.

La respiration yogique complète se divise en trois parties :
. La respiration abdominale :
Elle se situe dans la région abdominale. L’inspiration se fait tout en laissant descendre le diaphragme, l’abdomen lui, se dilate et la partie inférieure des poumons s’emplit d’air. Plus le diaphragme s’abaisse, plus la quantité d’air, qui rentre dans les poumons, est grande. Dans l’expiration, la région abdominale est entraînée vers l’intérieur , le nombril se rapproche de la colonne.
. La respiration thoracique
Elle se situe au niveau de la cage thoracique. À l’inspiration,  les basses côtes  s’écartent et s’élèvent, la partie médiane des poumons se remplit d’air, l’espace thoracique s’élargit, la poitrine s’élève. À l’expiration, les côtes s’abaissent, le volume thoracique diminue, la poitrine se relaxe.
. La respiration claviculaire
Elle se situe au niveau des clavicules ou la partie supérieure des poumons. Dans l’inspiration, les clavicules se soulèvent. À l’expiration, les épaules se relâchent et les clavicules s’abaissent lentement.
Le sens de ces trois étages est ascendant, ample, et le temps d’expir est supérieur au temps d’inspir, ce qui favorise la qualité de circulation et de diffusion de prana à l’intérieur du corps subtil.

QUELQUES PRANAYAMAS :

.Ujjayi pranayama : la respiration au niveau de la glotte  (victorieux)

A l’inspir la glotte est légèrement contractée, produisant un son profond et doux , à l’expir la contraction se fait un peu plus haut produisant un son légèrement différent. La respiration est lente, profonde et régulière. Respirer par les narines, la glotte légèrement contractée, allonge le souffle naturellement et le ralentit sans effort.

Cette technique est particulièrement tranquillisante car elle permet de ralentir la respiration tout en calmant et tranquillisant le mental même après une courte durée de deux ou trois minutes.

Ujjayi favorise la concentration, l’intériorisation et la sensibilité psychique mais cette respiration est aussi énergisante car elle active l’énergie vitale.  le feu intérieur (Agni) permetant de réchauffer le corps .

.Kapalabhati pranayama :

Expir forte et volontaire et laisser l’inspir se faire de façon naturelle. Cette inversion dans le cycle de la respiration réduit considérablement l’activité mentale.
Elle masse l’abdomen et les organes, nettoie les sinus.

.Bhastrika pranayama : Le  soufflet de forge

Ce pranayama est défini par des rapides et puissantes expirations et inspirations, au niveau de la respiration abdominale.

L’air est aspiré et rejeté avec force comme au moyen d’un soufflet de forge. Excellente pour éveiller l’énergie vitale qui réchauffe le corps en période hivernale, bhastrika est une respiration très puissante.

.Viloma pranayama: ( qui signifie  » à rebrousse poil  » ou  » contre nature »)

C’est  une respiration par paliers qui permet de prolonger la durée de l’inspir et de l’expir.
Dans ce pranayama, il y a un contrôle subtil de la circulation de l’air. C’est une pratique qui ouvre la possibilité de s’approprier des moyens d’extension de la durée du souffle et des rétentions du souffle.

Comment la pratiquer :
Expir , puis inspir des aines au nombril ( pause, élargir le diaphragme), du nombril jusqu’au milieu de la poitrine (pause le sternum monte), de la poitrine jusqu’aux clavicules (pause les épaules descendent)

Expiration lente .

Et inversement.

Les bandhas.

Les rétentions de souffle impliquent l’apprentissage des ligatures, des verrouillages qui contrôlent et ferment les orifices du corps . Ils massent les organes, énergisant les chakras.

Jalandhara ( au niveau de la gorge, menton baissé ) , Uddiyana ( aspiration du diaphragme ) et Mula bandha (au niveau des sphincters , anus) , sont les 3 bandhas essentiels. Ils agissent comme des soupapes de sécurité évitant la déperdition du Prana activé par le pranayama.

.Surya bhedana pranayama ( Surya : soleil)

Par la pratique de Surya bhedana le corps et l’esprit sont dynamisés, la chaleur interne est augmentée.

– Narine gauche fermée, contrôlant le souffle au moyen des doigts, Inspirez finement, longuement complètement par la narine droite (pingala nadi)

– Bloquez la narine droite, relâchez la pression sur la narine gauche afin de l’ouvrir partiellement pour expirez lentement, régulièrement par la narine gauche (ida nadi).

(Avec l’avancement dans la pratique, la rétention interne avec mula bandha, puis la rétention externe avec uddiyana sont progressivement introduites).


.Chandra bhedana pranayama ( chandra : lune)

Les effets dont identiques à ceux de surya bhedana excepté que chandra bhedana rafraîchit l’organisme.

– Narine droite fermée, inspirez finement, longuement, complètement par la narine gauche (ida nadi)
– fermez la narine gauche, expirez par la narine droite (pingala nadi)

– Avec l’avancement dans la pratique, la rétention interne avec mula bandha, puis la rétention externe avec uddiyana sont progressivement introduites.

.Nadi-sodhana respiration alternée ( purification  des nadis)

Ce pranayama neutralise la tension physique et mentale et améliore la respiration nasale. En régulant la respiration, en la rendant plus profonde et plus longue, le mental se calme, et par l’alternance des narines  les canaux praniques sont nettoyés et harmonisés , permettant la libre circulation des énergies.

Sur l’inspir visualiser Prana qui rentre par le point entre les sourcils sous forme de lumière , se répand et descend dans le corps comme une onde de détente, sur l’expir visualiser un lotus qui s’épanouit au sommet de la tête amenant une totale détente mentale .

La respiration est lente en alternant une narine après l’autre entre l’inspiration et expiration avec le pouce et l’annulaire.

 » L’utilité véritable du yoga, son objet complet, ne peuvent être atteints que quand le yoga, subconscient dans la Nature, coïncide extérieurement avec la vie, et que une fois de plus, regardant à la fois le chemin et la réalisation, nous pouvons dire d’une façon plus parfaite et plus lumineuse : En vérité, la vie toute entière est un yoga . . .  » SRI AUROBINDO

Claudine Lalande . 19/11/2017 🙏 

———————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *