Le Yoga ou l’indispensable dialogue des textes et de la pratique

 » Qui veut trouver des perles ne doit pas se contenter de regarder la mer , il doit plonger  » ( RUMI)

De retour du séminaire  » Le yoga ou l’indispensable dialogue des textes et de la pratique  » co-animé par Isabelle Morin Larbey ( Professeur de Yoga – Formatrice d’enseignants à l’EFY de Paris et Présidente de la FNEY) et Vitaya Gascon ( Indienne, Ingénieure civil, elle alterne sa vie entre l’Inde et la France ) .

Tout au long de la semaine, elles nous ont éclairé sur les liens indéfectibles de la pratique du yoga et de l’action au quotidien une alchimie transformatrice, en dialogue étroit avec les textes sacrés notamment « La Bhagavad Gîta » ( Le chant du bienheureux).

La Bhagavad Gîtâ, ou l’art de l’action juste ( karma yoga) texte majeur de l’Hindouisme et de la philosophie indienne, est l’un des textes fondateurs du Vedânta, à côté des Upanishad et des Brahma Sûtra. Vénérée par des milllions d’êtres humains depuis des siècles, elle occupe une place unique parmi les textes sacrés de l’Inde, car elle est un véritable traité sur la vie.

Dans la Bhagavad Gîtâ, un véritable enseignement sur la vie est délivré par  Krishna ( lumière , seigneur). Ce message, qui a traversé les siècles, reste d’une étonnante actualité par les réponses qu’il apporte  à des questions essentielles : quel est le but de la vie ? Comment s’accomplir en ce monde ? Comment trouver la paix et la plénitude dans un monde troublé ? Quel est le sens profond de l’action ? Comment notre action ordinaire peut-elle devenir voie d’évolution ? Comment faire le bon choix ?

L’histoire se déroule au début de la grande guerre entre les Pandava ( les 5 parties , chakras) et les Kaurova ( les 100 fils ) . Arjuna ( le mental) , un des 5 Pandavas et Krishna, le cocher du char d’Arjuna afin de le mener au combat sont sur le champ de bataille de Kurukshetra entre les deux armées prêtes à combattre. Arjuna doit souffler dans une conque pour annoncer le début des combats mais, voyant des amis et des parents dans le camp opposé, il est désolé à la pensée que la bataille fera beaucoup de morts parmi ses proches, oncles, cousins. Il se tourne alors vers Krishna pour exprimer son dilemme et son désarroi :  faire son devoir en conduisant son armée et, ce faisant, tuer des membres de sa famille, …et demander conseil. Ce désespoir est décrit dans le premier chapitre. Ensuite, dans les dix-sept autres chapitres, nous assistons au dialogue qui se déroule entre Krishna et Arjuna : Krishna délivre son enseignement à Arjuna, qui peu à peu sort de son abattement, s’enthousiasme, exprime ses doutes, ses interrogations et finalement son émerveillement.

En quoi ce message délivré il y a des millénaires nous concerne-t-il ?  
Notre époque se caractérise par une aspiration très  forte à  la  liberté  individuelle, au rejet des disciplines , préconisées par les enseignements traditionnels , coupées de la profondeur  symbolique des textes fondateurs.
Le monde veut aller et va vite. Il désire des résultats rapides . C’est pourtant bien le caractère millénaire et profond des textes qui fait toute leur valeur.

Chapître 2 – Verset 47 

 » Tu n’as autorité que sur l’action , pas sur le résultat. Ne sois pas motivé par le résultat et ne t’attaches pas à l’inaction « 

Commentaire de Vijaya : C’est le cheminement qui est intéressant et important, car si notre attention n’est portée que sur le résultat, cela créé du désordre. Ce qui m’appartient c’est l’action car vivre c’est agir avec ardeur ( quand j’agis , l’égo tombe) . Tu n’as autorité que sur l’action pas sur le résultat , ne t’attaches pas à l’inaction , reste en équilibre dans la réussite et dans la défaite ( équanimité dans la pratique).

 


 

Une pensée sur “Le Yoga ou l’indispensable dialogue des textes et de la pratique”

Répondre à chabanel Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *