Yoga et Art de vie 😊🙏

 » Une simple pratique du yoga n’est que simplicitĂ© . Le corps , le va et vient du souffle, le mental qui se lisse dans la pratique, les petites approches du silence, le geste porteur du trĂšs simple et de l’infini  » (Nadine Merlette)

Ressentir le bien ĂȘtre physique dans la joie de la pratique des postures, s’approcher au plus prĂšs de l’apaisement mental , de son silence, aller vers la dĂ©couverte de cette expĂ©rience unique , tenter de trouver un espace , une lumiĂšre dans cette voie de libĂ©ration, tout cela est essentiel pour mieux comprendre les bienfaits du yoga.

C’est aussi un retour au centre  permanent, un Ă©quilibre indispensable dans un ancrage Ă  la terre bien stable , une forme de libertĂ© intĂ©rieure  dans la confiance en soi par le travail du souffle et l’ouverture du coeur.

Cette pratique est un apprentissage de l’attention, de la concentration dans l’ici et le maintenant . Chaque geste  est dans la conscience du moment prĂ©sent, le mental alors apaisĂ© est dans une attention trĂšs particuliĂšre, une prĂ©sence, un regard intĂ©rieur.

«  Le yoga offre une structure qui soutient notre ĂȘtre , une unitĂ© psychologique qui fortifie, Ă©difiant des axes et des repĂšres nouveaux pour une nouvelle stabilitĂ©. Il construit des appuis lĂ  oĂč il n’y en avait pas, il invente au corps une nouvelle enveloppe qui se substitue Ă  la prĂ©cĂ©dente, tissĂ©e d’Ă©vanescence  » ( Christiane Berthelet Lorelle).

Il met en lumiĂšre une maniĂšre diffĂ©rente d’aborder la vie, de rentrer en relation avec soi-mĂȘme Ă  la recherche d’autonomie et de libertĂ© intĂ©rieure, mais aussi avec les autres , et de vivre diffĂ©remment les Ă©vĂšnements bons ou mauvais qui rythment notre existence. Cette ouverture, cet espace libĂ©rĂ© dans son coeur , dans son corps, dans son esprit, cette disponibilitĂ© donnĂ©e Ă  soi mĂȘme laissent la place Ă  la confiance , Ă  la quiĂ©tude, Ă  l’identification et l’Ă©loignement des craintes, des peurs primitives archaĂŻques ( abandon, solitude, mort…), des interdits dissimulĂ©s, cachĂ©s tout au long de notre existence.

Cette confiance est essentielle, primordiale pour ne plus ĂȘtre envahi par ses peurs . Elle nous mĂšne Ă  un sentiment de sĂ©curitĂ©, de plĂ©nitude, d’accomplissement . Sans elle, nous nous retrouvons au ban du monde dans un rĂŽle de victime , de renonçant.

La rĂ©alisation personnelle dan l’effort ne passe pas par la performance ni par la compĂ©tition, mais par un juste Ă©quilibre entre lĂącher prise et vigilance , par l’ahimsa ( la non violence, 1er yama) , ce qui n’exclut nullement un accomplissement, un engagement total dans le geste, tapas ( le feu dans l’action, 3Ăšme yama) dans l’accueil du pranayama, ce souffle lent et profond qui va porter la posture  dans l’Ă©coute des sensations corporelles psychiques et mentales.

Dans ce moment lĂ  s’expĂ©rimente ce que Pantajali a prĂ©sentĂ© : Ashtanga yoga , les 8 membres ou Ă©tapes du yoga : Yamas ou rĂšgles de vie dans la relation aux autres , Niyamas ou rĂšgles de vie vis Ă  vis de soi, une disposition nouvelle Ă  son Ă©gard et Ă  l’Ă©gard d’autrui avec pour effet de laisser choir en soi la violence , l’amour propre , et de s’engager dans le respect vis Ă  vis de soi , mais aussi vis Ă  vis de chacun d’entre nous.

Oser aller vers son Etre profond, oser parler , car les mots justes et bienveillants guĂ©rissent des maux . Ne plus avoir peur, libĂ©rer son esprit , se trouver, se retrouver par l’ouverture du corps , dans la posture .

 » . . . grĂące Ă  l’attention extrĂȘmement fine portĂ©e aux sensations, en induisant une conscience du corps, agrĂ©able , lĂ©gĂšre, dĂ©tendue . . . » ( Ysan Tardan-Masquelier).

Quelle joie de mettre son corps en mouvement, pour l’habiter, l’unifier , le dynamiser , le mobiliser , le relier Ă  sa conscience d’ĂȘtre, la conscience du Soi  « car il ne suffit pas de naĂźtre pour ĂȘtre  » ( Christiane Berthelet-Lorelle). Aller Ă  la rencontre de son souffle , si discret dans le quotidien, et pourtant si puissant, si intense dans les postures , aller vers l’expĂ©rience de la prĂ©sence , ce Purusha pour l’Inde , l’ĂȘtre essentiel.

 » Franchir les limites d’un tapis n’est pas anodin . Ce pas n’engage rien moins que de voir la vie entiĂšre sous un autre angle . Cet engament s’approfondit par la pratique elle mĂȘme, et s’inscrit peu Ă  peu dans le corps mĂȘme. C’est avec tout son ĂȘtre que l’on pratique  » ( Philippe Filliot).

NamastĂ© đŸŒˆâ€ïžđŸ™

( Extrait de mon mĂ©moire  » La Porte du SacrĂ©  » . Paris 2015)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *