Nouvel Atelier de Yoga Parent/Enfant le Dimanche 25 Octobre 2020 💫

Coucou les Mamans , les Papas, les Enfants.
✨ Nouvel Atelier de Yoga Parent/Enfant pour le mois d’Octobre 2020 .
Hâte de vous retrouver sur le tapis.😊
(Les conditions sanitaires , bien entendu seront respectées . . .Et puis attention de bien lire jusqu’à la fin pour que tout soit bien clair lors de votre inscription dans l’évènement FB).
Le lieu reste inchangé : CENTRE LEYMARIE (Rue Cinq Arbres à Aurillac) de 10 H à 11H15 le DIMANCHE 25 OCTOBRE 2020.
✨Avec cette période compliquée , ce sera un moment de partage , de pause et d’échanges avec son enfant, dans la complicité , le partage à travers des postures à 2, des mouvements ludiques, des histoires racontées pour stimuler la visualisation , l’imagination de l’enfant, des déplacements dynamiques pour explorer la respiration , dans la joie et les rires .
✨L’atelier se terminera par un petit voyage dans  » son jardin secret  » pour un moment de calme , de silence , dans une assise silencieuse.
Et nous nous retrouverons , comme d’habitude autour d’un goûter pour échanger , partager .
➡️Le nombre de places étant limité , votre inscription ne sera effective qu’à la condition que vous ayez cliqué sur
 » PARTICIPE » dans l’évènement, ET que vous m’ayez contactée pour confirmer votre présence soit en commentaires soit en MP (messenger ou sur ma page « Claudine Lalande Yoga Plume) . Je vous en remercie. MERCI DE NE PAS ANNULER VOTRE PARTICIPATION SANS M’EN AVERTIR PAR MESSAGE , parce que du coup vous libérez une place pour les autres)😊
( Le Tarif est de 15 euros par binôme – Pour des raisons sanitaires, venez avec vos 2 tapis et merci d’arriver 10 minutes avant le début de l’atelier ). N’hésitez pas à me contacter pour d’éventuelles précisions.
A très vite 😊👬 🙏

Atelier Yoga parent/Enfant le 20 Septembre 2020

L’Atelier Yoga Parent/Enfant est de retour et j’ai tellement hâte de vous retrouver sur le tapis.😊
Les conditions sanitaires , bien entendu seront respectées . . .Attention! , bien lire jusqu’à la fin pour que tout soit bien clair lors de votre inscription.
✨Nouveau RV mensuel pour l’ATELIER YOGA PARENTS/ENFANTS .
Le lieu reste inchangé : CENTRE LEYMARIE (Rue Cinq Arbres à Aurillac) de 10 H à 11H15 le DIMANCHE 20 SEPTEMBRE 2020.
✨C’est un moment de partage , de pause et d’échanges avec son enfant, dans la complicité , le partage à travers des postures à 2, des mouvements ludiques, des histoires racontées pour stimuler la visualisation , l’imagination de l’enfant, des déplacements dynamiques pour explorer la respiration , dans la joie et les rires .
✨L’atelier se terminera par un petit voyage dans  » son jardin secret  » pour un moment de calme , de silence , dans une assise silencieuse.
Et nous nous retrouverons , comme d’habitude autour d’un goûter pour échanger , partager .
➡️Le nombre de places étant limité , votre inscription ne sera effective qu’à la condition que vous ayez cliqué sur
 » PARTICIPE » dans l’évènement, ET que vous m’ayez contactée pour confirmer votre présence soit en commentaires soit en MP (messenger ou sur ma page « Claudine Lalande Yoga Plume) . Je vous en remercie. MERCI DE NE PAS ANNULER VOTRE PARTICIPATION SANS M’EN AVERTIR PAR MESSAGE , parce que du coup vous libérez une place pour les autres)😊
( Le Tarif est de 15 euros par binôme – Pour des raisons sanitaires, venez avec vos 2 tapis et merci d’arriver 10 minutes avant le début de l’atelier ). N’hésitez pas à me contacter pour d’éventuelles précisions.
A très vite 😊👬 🙏

Rentrée 2020/2021 💫🌙🌞

 » Le cosmos est plein de précieux trésors, je veux t’en offrir une poignée ce matin. Chaque moment que tu vis est un joyau qui resplendit et contient la Terre et le Ciel, l’eau et les nuages.

Tu n’as qu’à respirer doucement pour que les miracles apparaissent , alors tu entends l’oiseau chanter, les pins murmurer. Et soudain, tu voies la fleur s’épanouir, les nuages blancs dans le ciel bleu, le sourire et le regard merveilleux de ton aimé(e).

Toi, la personne la plus riche sur Terre , tu erres depuis si longtemps, ne sois plus cet enfant pauvre, reviens et reçois ton héritage.

Savourons notre bonheur , et offrons le à chacun, chérissons ce moment présent, laissons partir le fleuve de nos détresses et choyons la vie présente au creux de nos mains. »

Thich Nat Hanh

Cours de yoga près de Mère Nature 🌿

💫 🌱Au vu de la situation post covid, nous avons pu pratiquer près de Dame Nature , en nombre limité , en connexion intense et profonde avec la Terre , les Arbres, le Ciel , en harmonie.

Peu à peu ce lien sacré avec l’Univers nous amène à notre intériorité , vers Pratyara , le retrait des sens . Explorer , accueillir , se laisser Etre pour un voyage infini au coeur de l’Univers.


💥Se sentir relié intensément aux énergies praniques , méditer avec le chant des oiseaux , respirer avec une légère brise , sentir l’odeur de l’herbe , de la mousse , des arbres et pratiquer les asanas bien ancré à la Terre qui nous accueille sans retenue avec bienveillance.

Gratitude 🙏


🌟Quel doux moment de paix rempli de lumière.☀️🌙


 » Cherche un arbre et laisse lui t’apprendre le calme  » Eckhart Tolle.

Petite méditation :

 » Quel que soit le lieu où vous vous asseyez, focalisez tout d’abord votre attention sur la vue . Que voyez vous , droit devant vous , sans avoir à bouger ni la tête ni les yeux et ouvrez vos oreilles . Quels sont les sons les bruits qui vous entourent, proches , lointains . Chants d’oiseaux, bourdonnements d’insectes, avion dans le ciel . . . Imprégnez vous , puis fermez vos yeux , vos oreilles , ouvrez vos narines. Quelles sont les odeurs qui vous entoure ? Humus, herbe fraichement coupée, parfum des fleurs. Partez vers votre voyage intérieur . . . « 

Reprise des Cours et des Ateliers de Yoga dès Septembre

💫 Nous venons de vivre toutes et tous une période difficile , favorable à la panique, à la perte de repères.
Mais quelle que soit l’importance du stress généré, la réappropriation du corps va permettre d’éliminer les empreintes laissées , sans violence « ahimsa » et avec discernement , et le Yoga a toute sa place dans ce processus.


✨Art de vivre, philosophie de vie , le yoga nous accompagne dans la faculté à discriminer ce qui est juste à faire, à penser dans le moment présent : Un acte juste et adapté à une situation donnée qui ne lèse ni celui qui l’accomplit ni celui à qui il s’adresse et qui n’attend pas de récompense ( KHRISHNAMURTI).

 » C’est ce que je fais qui m’apprend ce que je cherche  » (Colette POGGI)

🌟Garder le lien pour une pratique collective, présence des corps ensemble, l’énergie du groupe , respirer amplement , profondément est essentiel pour mieux se retrouver.

💫Nous allons donc nous retrouver dès Septembre en salle ( de quelle façon ?pour l’instant je ne le sais pas , tout dépendra des directives que l’on nous demandera de mettre en place), mais j’ai hâte de vous retrouver sur le tapis.

💥Cours collectifs, ateliers Yoga Parents / Enfants , ateliers . . .jalonneront l’année scolaire 2020 / 2021 dans la joie de la pratique , du partage .

 » Il faut donner de la valeur à celui que l’on est, tel qu’il est, et quel qu’il soit  » ( Paul Valéry).

Très bel été et à très vite 😊🙏

Yoga et déconfinement

« Partages, découvertes et offrandes de plaisirs fondent le lien social et le goût de vivre ensemble. »
(Christophe André)



💫C’est le temps du déconfinement , alors , comme on ne peut pas pratiquer en salle , depuis une semaine nous pratiquons à l’extérieur .

🌿Nous faisons le plein de belles énergies dans la joie de se retrouver , tout en gardant les bonnes distances dues à la situation.

☀️🌙💛Quel bonheur de pratiquer dans la nature lumineuse du printemps , tous nos sens sont en éveil , les pépiements des oiseaux , une brise légère qui effleure nos visages, la douce chaleur du soleil, la bonne odeur de l’herbe coupée , nous nous ancrons à la terre . Nous goutons l’instant présent dans la détente, l’harmonie, la paix un temps retrouvée. 😊🙏

Dhanurâsana : La posture de l’Arc

 » La vie est un arc qui se tend à chaque expérience
le Yoga est la flèche qui indique la voie
« .

Arjuna dans le  » Mahâbhârata ( Epopée de la mythologie Indoue)


Dhanurâ: l’arc
Asana : la posture

C’est une posture d’extension , dynamique et énergisante, avec l’ouverture du coeur par la présence du souffle.

Dhanurâsana se réfère mythologiquement à l’arc de Shiva et incarne les qualités de vertu , de vérité, d’endurance et de courage. elle conduit à une meilleure concentration et à trouver la juste intensité , l’effort juste et adéquat pour atteindre la cible . Mais une fois la flèche lancée , le résultat ne nous appartient plus.

Dans la posture installée, le corps prend la forme d’un arc tendu dont les bras , inertes, représentent la corde, et la ligne courbes des épaules aux pieds, l’arc proprement dit.

Dhanurâsana stimule l’énergie au niveau de la cage thoracique, agit sur les viscères de par la pression sur le nombril, et soulage le pincement des disques intervertébraux . Comme le feu purificateur, en augmentant le feu gastrique, elle permet d’éliminer des airs, des liquides et des solides dans le corps, et les pensées parasites.

L’effort musculaire est surtout important au niveau des fessiers , des cuisses, des quadriceps et bien sûr du dos .

L’extension lombaire passive et active à la fois, permet de doser précisément la stimulation de la base de la colonne vertébrale. Le pubis est poussé sur le sol, les fessiers contactés pour tirer le bassin vers l’arrière.

🌟 Les bienfaits de la posture :

. Elle redonne de la souplesse et de la tonicité à la colonne vertébrale,

. Elle régénère les disques intervertébraux,

. Elle stimule le plexus solaire,

. Elle permet un massages des organes internes (foie, pancréas,estomac,reins),

. Elle ouvre la cage thoracique,

. Elle libère le blocage des épaules,

. Elle régularise les glandes surrénales et de la thyroïde .

🌟 Tendre , détendre et atteindre le coeur de cible .

Donner du sens à la pratique de l’asana, sans rentrer dans des détails anatomiques ou techniques.

Ne pas se laisser ébranler ou disperser , mais au contraire rester ancrer, centrer en une seule direction et se laisser porter par la posture,par le souffle, sans effort, et à cet instant commence l’état de yoga.🙏

Namasté

Garudâsana : La poste de l’Aigle

La posture de l’Aigle, ou de Garuda – Garudâsana – , est un grand classique du Yoga, mais peu pratiquée.

L’aigle est un animal sacré pour les Indoues car il transporte le Dieu Vishnou. Garuda est un oiseau qui maintient un lien entre la terre et le ciel.


« Garuda ferme les circuits énergétiques, tant du bas que du haut. Elle réduit l’amplitude respiratoire par la position des bras. Elle favorise une montée de l’énergie des plans subtils du pratiquant vers les sphères supérieures au-dessus de lui. » (Roger Clerc Revue Française de Yoga)


Dans la mythologie hindoue Garuda est le roi des Oiseaux. Il est le vâhana (véhicule) de Vishnou, le dieu de la stabilité du monde (qui entretient, sauve et protège toute vie), et aide avec enthousiasme l’humanité à combattre les démons. On représente souvent Garuda avec le corps doré, un visage blanc, des ailes rouges, un bec d’aigle et une couronne sur la tête.

Il s’agit bien d’établir un lien direct entre l’énergie du pratiquant et l’énergie cosmique , d’où l’intérêt de la posture.

Pour réaliser cet équilibre, prendre appui sur une jambe. Croiser l’autre complètement par-dessus la cuisse pour pouvoir, en pliant le genou, passer le mollet en arrière de la jambe d’appui, le pied s’agrippant à l’intérieur de cette dernière. Mettre le bassin en place pour asseoir le buste verticalement. En pliant le coude du côté de la jambe d’appui, placer son avant-bras dans l’axe du visage. Enfin replier l’autre bras sous le coude, les deux avant-bras enlacés, les doigts pointés vers le haut. Pour stabiliser l’équilibre et l’ancrage installer Mula-Bandha. Cela permet d’élever l’énergie vers le haut, tout en ayant plus de stabilité, de tonus et d’ancrage dans la posture.

Une posture harmonieuse en équilibre sur une jambe, qui calme et harmonise le mental.

Elle tonifie les muscles de la jambe d’appui. Mais aussi, en tant qu’équilibre, le dos bien droit, elle érige tout le corps vers le ciel. Fermant les circuits énergétiques, tant du bas que du haut, et réduisant l’amplitude respiratoire par la position des bras, elle favorise une montée de l’énergie des plans subtils du pratiquant vers les sphères supérieures au-dessus de lui. La flamme ne suggère-t-elle pas cette purification et cette transformation pour s’élever? Et l’aigle n’est-il pas cet oiseau royal des grandes altitudes?

Garudâsana ouvre les articulations majeures (chevilles, genoux, hanches, poignets, coudes et épaules) et permet un meilleur drainage lymphatique.

Elle renforce l’équilibre, la coordination, améliore la stabilité au niveau des jambes et des pieds.
Elle assouplit et tonifie mollets, cuisses, hanches, genoux, chevilles…
Elle détend les épaules, coudes, poignets…
Renforce les muscles du haut du dos.
Posture de compression, Garudâsana fournit du sang frais au système reproductif et aux organes sexuels, ainsi qu’aux reins.
Favorise l’ancrage, le recentrage (sur soi) et augmente ainsi la concentration.

Belle pratique et prenez grand soin de vous. Namasté 😊✨

Katikâsana : Posture du guetteur dorsal



L’appui sur les bras, rite de passage vers la liberté.

Lorsque l’on prend la posture du guetteur, tous les muscles s’unissent pour tendre le corps en appui sur les orteils au-dessus du sol : distance et contact au sol, dans un combat pour trouver la respiration juste, symbolisent l’effort du yogi . L’appui sur les bras réussi , est maîtrise de soi et libération.

« A la lumière de la Revue Française de Yoga »

LE GUETTEUR : sa symbolique


💫La ceinture scapulaire « l’ego »

C’est l’effort que nous exigeons de notre ceinture scapulaire qui retient en premier notre attention. Or s’il est une région de notre corps où la tension soit habituelle, c’est bien celle–ci. Tout se passe comme si cette ceinture était sous tension jour et nuit, il est rare que nous parvenions à y retrouver une détente vraie et durable. On pourrait penser que dans ces conditions, cette région devrait être très développée, forte, capable de produire un effort puissant et prolongé. Or il n’en est malheureusement rien (sauf probablement chez quelques sportifs qui cultivent cette partie de leur musculature) nous notons au contraire une alliance de tension et de faiblesse. Et c’est le signe tangible d’une réalité psychologique fondamentale: toute tension fausse se traduit par une faiblesse. Ce qui reste indéfiniment tendu dans nos épaules, ce ne sont pas seulement nos muscles, c’est notre personne, notre système nerveux, nos angoisses. Nous disons que cette tension est » fausse » parce qu’elle n’est exigée ni par l’action à faire ni par le résultat à produire, elle ne provient que de notre anxiété, elle n’est qu’un symptôme d’une difficulté psychologique. Du point de vue qui nous occupe, pratique d’un âsana, elle est donc fausse. Mais il est évident que cette fausseté encombre également de nombreux autres secteurs de notre existence.

💫La ceinture abdominale le » hara »

L’effort du guetteur est tout aussi intense au niveau de la ceinture abdominale. Il ne suffit pas que les bras tendus maintiennent nos épaules et notre thorax à une certaine distance du sol, il faut encore combattre la propension de notre abdomen à s’alourdir vers le sol et à entraîner une cambrure lombaire à laquelle nous ne sommes que trop enclins.Il arrive fréquemment, il est vrai, que le souci de soulever l’abdomen conduise au contraire à soulever les fesses vers le plafond dans la posture du « chien qui s’étire », ce qui n’est pas mieux. C’est toute l’histoire des ventres mous qui encombrent les fières populations de nos civilisations avancées. Toute perte d’identité, tout manque de confiance en soi vident notre centre vital de sa force. Trop de gens vivent à longueur d’année avec un ventre désespérément mou et des épaules désespérément dures ! Ce n’est pas tant une question de kilos en trop dans nos viscères, c’est plutôt notre attitude intérieure vis-à-vis de nos devoirs à accomplir, de nos obstacles à franchir et de nos luttes en général. Il nous faut faire un effort pour tenir notre abdomen et décambrer et cet effort ne doit pas contrarier la justesse de notre geste respiratoire, alors que celui-ci doit trouver sa place précisément dans le centre vital. Au début, cela nous parait être la quadrature du cercle!
L’effort au niveau des épaules contrarie la respiration haute, l’effort au niveau de l’abdomen contrarie la respiration abdominale: c’est l’horreur Grâce à Dieu, notre pratique nous permettra de découvrir qu’il est possible de maintenir une respiration juste et paisible au sein même d’un effort important de la ceinture abdominale. L’entraînement postural est nécessaire, bien sûr, mais c’est surtout l’apaisement dans la tête qui importe.
Or, ô paradoxe consentir à cet effort, fût-il douloureux, consentir à affronter une perte d’autonomie humaine (si insupportable instinctivement) c’est faire acte de liberté. Retrouver notre autonomie respiratoire au sein de notre effort, c’est éprouver cette liberté en acte.

💫Distance et union dans le combat

Il ne serait pas faux d’établir un rapprochement entre les postures d’appui sur les mains et le combat corps à corps. Pour imager ce propos, figurons-nous un instant un combat de boxe sur le ring. Le boxeur qui esquive se tient à distance de son adversaire et celui-ci ne peut l’atteindre. Mais il arrive aussi que, fatigué, il s’approche au contraire et se serre dans les bras de son adversaire. De nouveau celui-ci ne peut plus frapper et l’arbitre est obligé de séparer les combattants. La distance juste, c’est la longueur de l’allonge, la longueur de bras des challengers, ni trop près, ni trop loin.
Le yogi en appui sur les bras se donne pour tâche de se tenir à distance du sol, ni trop, ni trop peu. Et cette distance, pour être et rester juste, exige de lui un effort soutenu. Cet effort est un engagement de tout son être, il est une application dans ce cas particulier d’un cas de figure très général: les êtres et les objets avec lesquels je suis en relation doivent être tenus à la distance juste. Trop près, c’est la confusion et le manque de liberté ; trop loin, la relation se distend et se perd, je reste dans ma solitude. L’art de la relation juste, c’est l’art de la distance juste.
Pour trouver la distance juste, il est absolument nécessaire de garder le contact. Les arts martiaux nous offrent d’excellents exercices pour maintenir un contact dans lequel on ne saisit pas et on n’est pas saisi. Si mes mains se refermaient sur la prise de mon partenaire, je ne pourrais plus le lâcher sans risquer de prendre un coup et par conséquent je deviendrais prisonnier de ma prise. Mais si je maintiens un contact dans lequel je ne saisis pas, je contrôle la situation tout en conservant ma liberté de mouvement.

Belle pratique . Prenez soin de vous 😊🌙☀️


Mahâ mudra : le grand geste

En ces temps difficiles et favorables à la peur, aux craintes, à la panique, ne laissons pas s’éparpiller PRANA ( l’énergie vitale) qui nous habite, et soyons responsables , tous, pour les autres, pour soi . . . ☀️🙏

L’éclairage de Boris TATZKY sur cette posture particulièrement efficace dans le véhicule et la fixation des énergies.

Du sanskrit Maha : Grand, noble, prestigieux – Mudra: Scellement, sceau


💫Au sein des innombrables postures du Hatha-Yoga, quelques unes d’entre-elles présentent un intérêt exceptionnel. C’est le cas notamment de celles qui portent le nom de Mudrâ (sceau). Elles ont la particularité de proposer des actions très efficaces sur le contrôle des énergies vitales du pratiquant et sur les processus d’éveil d’une pleine conscience, qui jusque là, sommeillait en nous. (Kundalinî)

💫C’est le cas de Mâhamudrâ, dont le propos est de permettre, grâce à l’utilisation de certaines fixations intérieures (bandha), de développer la concentration et de stabiliser le souffle et l’énergie vitale dans le corps. Cette posture est également présentée comme un moyen salvateur qui par sa pratique régulière réduit progressivement les tensions mentales et développe des capacités psychiques.

Son étymologie vient de Mahâ qui signifie grand, noble et de Mudrâ qui peut se traduire par sceau, geste, signe et aussi matrice.

Références aux textes :

Cette posture est mentionnée dans les textes fondamentaux du Hatha-Yoga, notamment la Hatha-Yoga-Pradîpikâ (III-10). Grâce à la traduction de Tara Michaël, voici des extraits de la présentation de cette posture dans la Pradîpikâ :

« Pressant le talon du pied gauche contre le périnée et allongeant face à soi la jambe droite, on doit tenir fermement le pied droit avec les deux mains. Ayant fermé la gorge par le Jalandhara bandha, on doit maintenir l’énergie dans une course ascendante. Ainsi la conscience/énergie qui était lovée (Kundalinî) devient éveillée. Les grandes causes de souffrance, à commencer par la peur de la mort, sont détruites par cette Mudrâ ».

Symbolique :

Attention, Mahâmudrâ est une pratique majeure . Elle figure parmi les dix Mudrâ, décrits dans la Hatha-Yoga Pradîpikã, consacrées à l’éveil de la conscience/énergie. Elle permet de sceller le souffle et la vigilance à l’intérieur du corps, tout en stimulant la grande circulation des énergies du bas du corps vers le haut, du périnée jusqu’au sommet du crâne.

De prime abord, elle est une posture d’étirement de la colonne vertébrale qui demande une technique précise et rigoureuse. Sa pratique requiert le contrôle conjoint des trois principales fixations de l’attention dans le corps : Mûla bandha, la fixation de la racine, Uddîyâna bandha, l’envol viscéral et Jâlandhara bandha, la fixation de la gorge. Ces bandha doivent être associés à une parfaite maîtrise du souffle. C’est grâce à cette synergie qu’il y a une très forte poussée intérieure de l’énergie vitale du bassin vers le cerveau, symbolisant le passage de la conscience depuis notre monde physique vers l’éveil au monde spirituel, en traversant l’alignement de tous les chakra, les centres de l’énergie vitale.

Nous retrouvons également une recherche d’équilibre des polarités symbolisées par le couple Lune/Soleil et qui représentent toutes nos dualités physiques et énergétiques, notamment les aspects féminins et masculins présents en chacun de nous. Tout ceci fait de Mahâmudrâ une attitude particulièrement complexe et efficace. La conjonction précise de ces différents éléments crée les conditions d’une profonde concentration qui recentre toutes les énergies du pratiquant. Elle est particulièrement réputée pour favoriser le développement des facultés de vigilance et d’acuité de conscience.

Ses bienfaits dans le corps physique :

Au niveau du corps d’énergie, elle purifie le réseau de tous les nadis ( canaux d’énergie) , elle équilibre le côté solaire ( Pingala, à droite) et le côté lunaire ( Ida , à gauche ) .

La pratique de Maha Mudra permet une action sur tous les muscles étayant la colonne vertébrale, libérant les nerfs s’insérant à tous les niveaux. Elle assouplit l’articulation coxo-fémorale, les genoux, elle développe la légèreté du corps, elle tonifie les organes abdominaux, les reins, les glandes surrénales, elle améliore la digestion, elle assure la clarté de la pensée.

 » Ce qui caractérise l’acte juste c’est un acte totalement adapté à une situation donnée, qui ne lèse ni celui qui l’accomplit ni celui à qui il s’adresse et qui n’attend pas de récompense  » ( KRISHNAMURTI)

Prenez soin de vous et de vos proches 💕🙏