Katikâsana : Posture du guetteur dorsal



L’appui sur les bras, rite de passage vers la liberté.

Lorsque l’on prend la posture du guetteur, tous les muscles s’unissent pour tendre le corps en appui sur les orteils au-dessus du sol : distance et contact au sol, dans un combat pour trouver la respiration juste, symbolisent l’effort du yogi . L’appui sur les bras réussi , est maîtrise de soi et libération.

« A la lumière de la Revue Française de Yoga »

LE GUETTEUR : sa symbolique


💫La ceinture scapulaire « l’ego »

C’est l’effort que nous exigeons de notre ceinture scapulaire qui retient en premier notre attention. Or s’il est une région de notre corps où la tension soit habituelle, c’est bien celle–ci. Tout se passe comme si cette ceinture était sous tension jour et nuit, il est rare que nous parvenions à y retrouver une détente vraie et durable. On pourrait penser que dans ces conditions, cette région devrait être très développée, forte, capable de produire un effort puissant et prolongé. Or il n’en est malheureusement rien (sauf probablement chez quelques sportifs qui cultivent cette partie de leur musculature) nous notons au contraire une alliance de tension et de faiblesse. Et c’est le signe tangible d’une réalité psychologique fondamentale: toute tension fausse se traduit par une faiblesse. Ce qui reste indéfiniment tendu dans nos épaules, ce ne sont pas seulement nos muscles, c’est notre personne, notre système nerveux, nos angoisses. Nous disons que cette tension est » fausse » parce qu’elle n’est exigée ni par l’action à faire ni par le résultat à produire, elle ne provient que de notre anxiété, elle n’est qu’un symptôme d’une difficulté psychologique. Du point de vue qui nous occupe, pratique d’un âsana, elle est donc fausse. Mais il est évident que cette fausseté encombre également de nombreux autres secteurs de notre existence.

💫La ceinture abdominale le » hara »

L’effort du guetteur est tout aussi intense au niveau de la ceinture abdominale. Il ne suffit pas que les bras tendus maintiennent nos épaules et notre thorax à une certaine distance du sol, il faut encore combattre la propension de notre abdomen à s’alourdir vers le sol et à entraîner une cambrure lombaire à laquelle nous ne sommes que trop enclins.Il arrive fréquemment, il est vrai, que le souci de soulever l’abdomen conduise au contraire à soulever les fesses vers le plafond dans la posture du « chien qui s’étire », ce qui n’est pas mieux. C’est toute l’histoire des ventres mous qui encombrent les fières populations de nos civilisations avancées. Toute perte d’identité, tout manque de confiance en soi vident notre centre vital de sa force. Trop de gens vivent à longueur d’année avec un ventre désespérément mou et des épaules désespérément dures ! Ce n’est pas tant une question de kilos en trop dans nos viscères, c’est plutôt notre attitude intérieure vis-à-vis de nos devoirs à accomplir, de nos obstacles à franchir et de nos luttes en général. Il nous faut faire un effort pour tenir notre abdomen et décambrer et cet effort ne doit pas contrarier la justesse de notre geste respiratoire, alors que celui-ci doit trouver sa place précisément dans le centre vital. Au début, cela nous parait être la quadrature du cercle!
L’effort au niveau des épaules contrarie la respiration haute, l’effort au niveau de l’abdomen contrarie la respiration abdominale: c’est l’horreur Grâce à Dieu, notre pratique nous permettra de découvrir qu’il est possible de maintenir une respiration juste et paisible au sein même d’un effort important de la ceinture abdominale. L’entraînement postural est nécessaire, bien sûr, mais c’est surtout l’apaisement dans la tête qui importe.
Or, ô paradoxe consentir à cet effort, fût-il douloureux, consentir à affronter une perte d’autonomie humaine (si insupportable instinctivement) c’est faire acte de liberté. Retrouver notre autonomie respiratoire au sein de notre effort, c’est éprouver cette liberté en acte.

💫Distance et union dans le combat

Il ne serait pas faux d’établir un rapprochement entre les postures d’appui sur les mains et le combat corps à corps. Pour imager ce propos, figurons-nous un instant un combat de boxe sur le ring. Le boxeur qui esquive se tient à distance de son adversaire et celui-ci ne peut l’atteindre. Mais il arrive aussi que, fatigué, il s’approche au contraire et se serre dans les bras de son adversaire. De nouveau celui-ci ne peut plus frapper et l’arbitre est obligé de séparer les combattants. La distance juste, c’est la longueur de l’allonge, la longueur de bras des challengers, ni trop près, ni trop loin.
Le yogi en appui sur les bras se donne pour tâche de se tenir à distance du sol, ni trop, ni trop peu. Et cette distance, pour être et rester juste, exige de lui un effort soutenu. Cet effort est un engagement de tout son être, il est une application dans ce cas particulier d’un cas de figure très général: les êtres et les objets avec lesquels je suis en relation doivent être tenus à la distance juste. Trop près, c’est la confusion et le manque de liberté ; trop loin, la relation se distend et se perd, je reste dans ma solitude. L’art de la relation juste, c’est l’art de la distance juste.
Pour trouver la distance juste, il est absolument nécessaire de garder le contact. Les arts martiaux nous offrent d’excellents exercices pour maintenir un contact dans lequel on ne saisit pas et on n’est pas saisi. Si mes mains se refermaient sur la prise de mon partenaire, je ne pourrais plus le lâcher sans risquer de prendre un coup et par conséquent je deviendrais prisonnier de ma prise. Mais si je maintiens un contact dans lequel je ne saisis pas, je contrôle la situation tout en conservant ma liberté de mouvement.

Belle pratique . Prenez soin de vous 😊🌙☀️


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *