Quand les Portes de l’Energie sont ouvertes: Les 5 Vâyus ( souffles , vents ) 😊🌈

Le yoga de l’énergie tel qu’il m’a été transmis lors de mes quatre années de  formation, met l’accent sur la circulation des énergies , par un travail sur la relation du geste et de la respiration ( dans les asanas / postures ) , sur le rôle du regard intérieur , subtilement , sans excès de volonté et sur l’attention .Les postures, la respiration, la méditation et plus subtilement les vibrations agissent sur l’énergie.

 » L’énergie va là où va la pensée  » ( Roger CLERC ) .

Les chakras sont les portes à ouvrir pour la circulation des énergies ( j’en ai déjà parlé dans un article précédent ) , et lorsque ces portes sont ouvertes , les différents souffles ou vâyus peuvent circuler .

Les 5 cinq souffles , les 5 vâyus, sont reliés à l’univers par la respiration ( prânayama) . Ils sont comme les Portes de l’énergie en mouvement , cette énergie qui  traverse notre corps tout entier.

Je ne parlerai que des 5 majeurs car il en existe d’autres selon les traditions.

 » Nous ne devons jamais oublier que l’énergie reste subtile, quelle que soit sa manifestation : respiration, mouvements, rêves etc …Ceci est d’ailleurs indispensable si l’on veut admettre , à la fois l’existence de Prâna et la conception de toute physiologie subtile . Prâna est transcorporel et justifie tout à fait la nécessité de faire la différence entre Prânayama et gymnastique respiratoire… » ( Jean-Pierre LAFFEZ)

✓ Prâna – Vâyu :  » le souffle en avant « 

Il est situé dans le chakra du coeur, point de rencontre de l’énergie du haut et du bas , et c’est bien là qu’est répartie l’énergie dans les autres centres d’énergie, évitant ainsi le déséquilibre qui risque de surcharger un autre center d’énergie.

Il est l’indicateur que l’INSPIR est une descente de l’énergie et non une montée.

✓ Apâna – Vâyu :  » le souffle d’en haut  » 

Il est situé entre l’anus le nombril . Il circule dans le chakra inférieur ( Mulhadara chakra) . Il régit les fonctions d’expulsion / élimination ( accouchement, éjaculation, menstrues, selles, urine, gaz carbonique à l’expiration, gaz du colon) et de reproduction.

Il est l’expiration de type lunaire , au contraire de Prâna – vâyu qui est l’inspiration de type solaire.

✓ Samana – Vâyu :  » le souffle en harmonie

Il est le souffle qui équilibre , unifie, harmonise et stabilise Prâna-vâyu et Apâna – vâyu . Il se situe dans le chakra du nombril ( entre le nombril et le coeur ) et régit les mécanisme de la digestion . Son mouvement va de la périphérie vers le centre racine, à la source, par le travail de la médiation . Ouvrir ces portes , c’est se relier à ces sources énergétiques avec clairvoyance.

✓ Udâna – Vâyu :  » le souffle d’en haut

Il est « le souffle qui monte » . Il opère par le chakra de la gorge, quelquefois entre le nez et le sommet du crâne. Il exerce son influence sur le diaphragme et la respiration . Il représente les transformations de l’énergie et ses mouvements qualitatifs vers le haut. C’est lui qui permet à la Kundalini, par la puissance de son énergie, de monter de chakra en chakra.

✓ Vyana :  » le souffle des nadis »

Il est réparti dans tout le corps, émane du second chakra et il imprègne tout le corps. Il se déplace du centre jusqu’à la périphérie. Il gouverne la circulation à tous les niveaux : aliments , eau, oxygène, circulation des émotions et des pensées. Il transmet la force et le mouvement . En cela, il assiste les autres vâyus dans leurs fonctions . Il assure la circulation de l’énergie dans les nâdis ( canaux subtils du flux de l’énergie ) .

La frontière entre chacun de ces vâyus, qu’ils soient au nombre de 10 ou de 5 n’est pas déterminée, car tout un chacun fera circuler l’énergie selon ses ressentis.

Il n’en reste pas moins que ce souffle sera notre soutien , notre partenaire, notre allié , notre ami dans tous les moments de notre vie. Nous devons le travailler, l’observer, l’écouter, le ressentir , l’affiner.

 » Le Prânayama , science et art du Prâna, est la Porte d’entrée par laquelle le yogi pénètre dans le corps subtil. . . art du souffle , il apporte à l’organisme un abondant surcroît d’oxygène, y provoquant de subtiles transformations , qui ont leur répercussion sur toutes les fonctions somatiques . Il favorise au plus haut point le recentrage de l’attention et la concentration de l’esprit . Régulant pensées, désirs et actions, il procure à celui qui s’y adonne avec prudence et patience un remarquable équilibre, une profonde paix et une grande force de volonté . . . » François ROUX 

Namasté 😊 🌺 🌈 🙏

( Extrait de mon mémoire  » La Porte du Sacré » JUIN 2015 #efyparis)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *