Pourquoi respirer par le nez en Yoga

Les chakras :

Les bienfaits de la respiration par le nez

Respirer par le nez à l’inspiration comme à l’expiration développe de nombreux bienfaits :

🔹Les poils et les cils nasaux retiennent la poussière. Le mucus sécrété dans le nez empêche de nombreuses bactéries d’entrer dans l’appareil respiratoire,

🔹A l’inspiration la température de l’air se réchauffe grâce aux cils nasaux qui humidifie l’ air, le réchauffe et le filtre,

🔹Inspirer par le nez provoque également un effet régulateur sur le rythme cardiaque,

🔹A l’expiration l’étroitesse des diamètres des sinus crée une pression dans les poumons et permet un meilleur apport en oxygène,

🔹Respirer longuement sur plusieurs secondes purifie le sang et irrigue le cerveau,

🔹L’amplitude du souffle stimule le système parasympathique et entraîne un état de détente psycho-corporelle,

🔹L’apport important d’oxygène conjugué à l’élimination des toxines grâce à la transpiration permet un nettoyage profond du corps et un regard énergétique de tout notre être,

🔹Le frottement de l’air qui stimule les terminaisons nasales permet le contact avec Prana, l’énergie vitale,

🔹Le frottement de l’air en contact avec le nez et la gorge ainsi que la conscience posé sur le souffle condense le prana vers le yogi,

(Source : Caroline Boulinguez)

Prana ou l’énergie vitale

Prana vient du Sanskrit et signifie Energie Vitale.

Dans le Hatha Yoga Pradipika (un des livres les plus importants du Hatha yoga), le Pranayama (techniques du souffle) est décrit :

Dans ce texte le corps est considéré comme un espace rituel ; ce monde intérieur est éprouvé comme un reflet vivant du cosmos. L’axe de la colonne correspond au mont Méru considéré comme l’axe du monde. C’est dans cet espace médian, s’étirant entre terre et ciel que ruisselle le souffle de vie cosmique.

Ainsi les souffles présents dans l’homme sont-ils perçus comme autant d’aspect de la respiration universelle.

Le yoga coordonne la vie du souffle, de l’esprit, dans l’espace du corps maîtrisé et harmonisé

(Source : Colette Poggi) .

La circulation du Prana dans le corps

Dans la physiologie indienne le corps est parcouru d’un réseau de 72000 canaux au minimum dans lesquels circule en permanence Prana. Ces canaux sont appelés nadis (rivière, canne, ou courant en sanskrit).

Le croisement des nadis dans l’axe central se fait au niveau des centres énergétiques, ou Chakra (Roue en Sanskrit).

Les 3 principaux canaux sont Ida-Pingala et Sushumna :

Sushumna est le canal central sur lequel s’entrecroisent Ida et Pingala comme deux serpents qui remontent le long de la colonne vertébrale, à la manière d’un caducée.

Les points de rencontre des 3 canaux sont des espaces où l’énergie est la plus condensée. la force vitale s’anime au niveau des chakras qui tournent autour d’un centre constitué de vide. Les chakras lorsqu’ils sont activés régulent et transforment le prana qui circule à l’intérieur du corps.

Sushumna débute à la base de la colonne vertébrale au niveau de l’anus en épousant le circuit de la moelle épinière. Il remonte et sort par la fontanelle au dessus de la tête.

Le trajet d‘Ida part de la base de la colonne vertébrale à droite, et se termine par la narine gauche, l’air qui y circule est frais, Ida en sanskrit signifie rafraîchissement.

Pingala effectue le parcours opposé. Il prend naissance à l’extrémité gauche de la colonne vertébrale et aboutit à la narine droite. Pingala signifie couleur d’or. Ce courant d’énergie est lié à l’aspect masculin, à l’action. Sa tonalité est chaude, dynamique, en relation avec les éléments feu et air. il est en lien avec l’astre solaire.

(Source : Caroline Boulinguez)

Bonne pratique !


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *